Mieux vaut en rire: As de pique et dix de carreau

Mieux vaut en rire: As de pique et dix de carreau

Cependant, il faut reconnaître que de temps à autre, surgit un évènement surprenant qu’on n’attendait pas et qui vient égayer notre quotidien politique plutôt morose et pas souvent rose. Le dernier évènement inattendu en date est un vrai cadeau du ciel et il est arrivé absolument par hasard.

Je ne pense pas qu’un seul de nos grands visionnaires et experts ait pu l’imaginer ni un seul de nos grands voyants et cartomanciennes ait pu le prévoir. Bien entendu, il s’agit de ce pactole sonnant mais pourtant pas très conséquent qu’a gagné en jouant le fiston d’un des dirigeants les plus en vue et – c’est mon point de vue – un des plus sympas du parti qui conduit l’actuel gouvernement. Franchement, je me demande pourquoi tout le monde a poussé cet immense holà comme si on venait de surprendre l’imam d’une grande mosquée complètement bourré au sommet du minaret. Personnellement, je pense que le fils a le droit de faire ce qu’il veut de sa vie et de jouer à tous les jeux que ça lui chante car ça ne regarde que lui, et que, de son côté, le papa n’a plus le droit de gronder ni de faire de remontrances à un grand garçon âgé aujourd’hui, je crois, de plus de 23 ans.

Et puis, après tout, qu’a fait de mal ce pauvre gamin ? Il a joué au poker et, de plus, il a gagné. Et alors ? Tout d’abord, il l’a fait dans un lieu privé-public tout à fait légal et il n’était ni masqué ni cagoulé. Et d’un. De deux, il participait à un concours comme on en organise tant aussi bien au Maroc que partout dans le monde. D’ailleurs, on connaît un chanteur très célèbre qui est même champion du monde de poker et qui est souvent un invité de marque du Maroc (Je n’ai pas envie de dire son nom parce que je n’aime pas trop son double-jeu). C’est juste pour vous dire que notre pays n’a jamais considéré le poker comme un délit ni encore moins comme un acte «haram». Jeu de hasard ?

N’importe quoi ! Tout d’abord, le poker n’est pas un jeu, mais un sport qui, plus est, est cérébral. Alors, vraiment, pour une fois que quelqu’un, de surcroît un descendant de politicien, utilise son cerveau pour l’entretenir et le développer et en même temps, tant qu’à faire, en profiter pour améliorer ses revenus, pourquoi donc le blâmer et le jeter, lui et son vénérable père, en pâture juste pour essayer de prouver qu’il y aurait une contradiction entre le discours et le comportement. Je répète : laissons ce garçon tranquille et laissons-le vivre comme bon lui semble, c’est-à-dire comme  nos fils et nos filles qui ne sont pas, loin s’en faut, tous et toutes des anges. Quant au père, il n’est pas plus responsable des actes de son fils que des positions parfois tranchées voire contradictoires de son propre parti.

D’ailleurs, en voulant se défendre, ce qui n’était pas du tout nécessaire, il s’est emmêlé un peu les pinceaux. En conclusion, je voudrais dire qu’il ne faut pas que les soi-disant modernistes, en voulant jouer aux plus fins, brouillent encore plus les cartes. Les enjeux sont autrement plus importants et les défis autrement plus grands, et à vouloir faire les malins en regardant le jeu de l’autre, ils peuvent un jour miser et perdre toute leur cave et se retrouver à leur tour carrément sur le carreau, pardon, sur le tapis. Je crois que j’ai tout dit et qu’il est temps qu’on mélange de nouveau les cartes et qu’on commence une nouvelle et belle partie. Et que le plus fort, le plus intelligent et, surtout le plus honnête, gagne !

En attendant, je souhaite à tous les bons joueurs et les bonnes joueuses de très bonnes mains et un très bon week-end. Quant aux autres…

Un dernier mot sous forme de devinette pour rigoler un peu : Pourquoi on veut aider les veuves démunies à survivre mais on ne prévoit rien pour les pauvres veufs qui n’ont plus rien pour vivre ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *