Mieux vaut en rire : Comment éliminer les chauffards…

Mieux vaut en rire : Comment éliminer les  chauffards…

Tout d’abord, sachez que je n’ai nullement la prétention de détenir une quelconque recette pour nous débarrasser de cette vermine si nuisible et si malfaisante. D’autre part, je n’ai pas l’intention d’exterminer, physiquement du moins, tous ces malades qui nous polluent la vie et qui n’hésitent pas à semer la mort partout où ils passent. Je ne vous pose pas non plus la question du «comment faire?», car je sais que non seulement vous l’ignorez autant que moi, mais, vous êtes au moins leurs complices, ne serait-ce que par votre assentiment silencieux. Comme vous avez dû le piger, je ne suis pas de bonne humeur aujourd’hui, et, pour tout dire, je n’ai pas du tout envie de rire. Oui, je suis peut-être payé pour vous faire marrer, mais j’ai quand même le droit, parfois, moi aussi, d’en avoir marre. Oui, j’en ai marre de tous ces imbéciles qui deviennent dingues dès lors qu’ils se posent dans un quelconque véhicule roulant. Ça va de la vulgaire mobylette déglinguée, jusqu’au non moins vulgaire Hammer blindé, en passant par toutes ces berlines, grandes, moyennes ou petites, payées cash avec de l’argent plus ou moins sale ou à petit feu tous les fins de mois. Pour moi, ce sont tous des tarés qu’on doit enfermer à  défaut de les… éliminer. Je ne dois pas généraliser, mais au vu de ce que je vois et que je vis chaque jour, j’ai l’impression que si exception il y a, ça ne peut être que des lâches qui n’ont pas le courage de faire comme les autres, ou des illuminés comme moi qui croient que c’est en gueulant à la figure de ces crétins, ou en écrivant des billets brûlants qu’ils vont mettre fin à ce calvaire qui n’a que trop duré. Vous devez probablement vous demander pourquoi cette volée de bois vert aujourd’hui, alors qu’il y a tellement de trucs plus marrants à aborder. En fait les raisons qui m’ont poussé à ressortir ce marronnier sont nombreuses, mais la principale, c’est le 2ème anniversaire du «Code Ghallab», du nom de son génial et néanmoins malheureux instigateur. Quand j’ai vu et entendu tous ces gens qui ricanent ou qui raillent contre cette si rare et si louable initiative de mettre un peu d’ordre dans ce monde, disons-le haut et fort, de sauvages, j’ai eu envie de casser la baraque. Et quand j’ai appris qu’il y aurait même des «professionnels de la route» – on devrait les appeler plutôt «les professionnels de l’hécatombe» – qui envisageaient de faire la grève pour protester contre «les mesures injustes et démesurées» de ce Code, là, j’ai mes instincts criminels naturels qui se sont réveillés. Vous savez, j’en veux beaucoup à notre nouveau ministre de la route et à ses méfaits, et je vous assure que ça n’a rien d’idéologique. Dès qu’il a pris son maroquin en main, une de ses première déclarations concernait la cherté «excessive» des amendes et autres pénalités contenues dans le code de son prédécesseur. Peut-être qu’en disant cela, il voulait gagner à sa cause toutes ces meutes d’adeptes de la conduite sans règles et sans limites, et tous ceux qui ont détesté le nouveau Code et son initiateur, en invoquant sa prétendue inspiration «suédoise». Résultat des courses : tout le monde est revenu à son comportement de sous-développé, laissant à chaque fois sur leur chemin, drames, désespoir et plein de choses pas très belles à voir. Que faire? Hélas, si je le savais, je ne serais pas là à me lamenter et à râler. Par contre, je sais que certains savent très bien comment faire, mais, allez savoir pourquoi ils ne font rien ! Peut-être que ça les arrange. J’arrête là mon délire, et j’espère que la prochaine fois, j’aurai de quoi vous faire rire. D’ici là, je vous souhaite un bon week-end et une très agréable semaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *