Mieux vaut en rire : Diplômés- chômeurs-bloqueurs…

Mieux vaut en rire : Diplômés- chômeurs-bloqueurs…

Je pense que personne ne pourrait me soupçonner d’être conciliant avec nos ministres quels qu’en soient le bord ou le camp, mais j’essaye d’être, autant que faire se peut, objectif envers eux. C’est vrai que c’est plus payant pour moi de me payer leur tête et de vous l’offrir sur un plateau de délires, mais je ne suis pas payé rien que pour ça.

Si je devais vous résumer mon boulot en 2 ou 3 mots, je vous dirais qu’il s’agit de taper sur tout le monde sans égratigner personne. Ce n’est pas très simple, je le sais, mais moi, ça fait longtemps que j’ai trouvé le truc, et que je vais vous livrer en scoop : il faut viser les uns, mais tirer sur les autres, et vice-versa, sans paraître – à vous mes lectrices et mes lecteurs-  injuste ni avec les uns ni avec les autres. Oui, c’est une vraie gymnastique, mais j’aime le sport, et d’ailleurs c’est comme ça que je me muscle les méninges.

Venons-en à nos Diplômés-chômeurs qui m’agacent à plus d’un titre. J’ai déjà eu l’occasion à maintes reprises, ici et ailleurs, de les remettre à leur place à défaut de leur en trouver une, mais là, je trouve qu’ils vont un peu trop loin. Franchement je ne sais ce qu’ils ont appris dans les universités où ils prétendent avoir étudié. S’ils n’ont pas pigé cette idée fondamentale sur le travail: « un employeur ne peut engager quelqu’un que s’il en a besoin et que s’il en a les moyens», ils ne pigeront jamais rien et resteront toute leur vie des moins que rien.

Je peux comprendre qu’en tant que détenteurs de grands diplômes en tout et souvent en pas grand-chose, ils pensent être le nombril du monde et, par conséquent, tout le monde devrait se mettre à plat ventre pour eux, pour les servir et leur donner en cadeau le plus peinard et le plus rentable des boulots, je peux comprendre tout ça, disais-je, mais de là à croire qu’il n’y a qu’eux de malheureux sur cette terre bénie des dieux, ils risquent de devenir séniles avant même de devenir vieux; et pis encore s’ils croient que c’est en faisant le chantage à tout un peuple à travers ses représentants, pas très bosseurs non plus, mais légitimement élus, là, je ne suis plus d’accord et je vais de ce pas leur lancer une gueulante et leur balancer tout ce que je pense d’eux et de tous les tire-au-flanc comme eux.

Mais c’est quoi ces manières d’attendre un ministre, une personnalité tout ce qu’il y a de plus respectable quoi, à la sortie de son travail – parce que, voyez-vous, lui, il a boulot – et d’encercler sa grande et belle voiture de fonction l’empêchant ainsi de continuer ce pour lequel il est payé par nous les contribuables, à savoir nous garantir notre pitance quotidienne de chacun selon ses moyens à chacun selon ses besoins, comme disait ce bon vieux Karl Marx qui d’ailleurs, je vous l’accorde, n’a rien à faire dans cette chronique qui fait la part belle au capital. Après avoir bloqué, il y a quelques jours, notre Chef de Gouvernement en plein boulevard alors qu’il vaquait à des occupations très personnelles auxquelles il a droit comme tout simple citoyen qu’il n’est plus tout à fait, voilà que j’apprends que ces empêcheurs de circuler librement ont fait rebelote non seulement avec M. Benkirane, mais aussi, avec M. Benabdellah, son collègue de l’Habitat – ils voulaient peut-être un petit appart en passant – et, enfin, pour montrer qu’ils respectaient la parité, ils ont encerclé aussi Mme Hakkaoui qui a déjà, avec d’autres, une surcharge d’ennuis. Vraiment, c’est quoi tout ça ?!?

Au fait, je crois que même nos amis parlementaires ont été contaminés puisque lors de la séance de présentation du projet de la loi de finance, certains d’entre eux n’ont pas hésité à lever des pancartes et à crier comme de simples syndicalistes ou de vulgaires demandeurs d’emploi… Franchement, où va-t-on ? Tiens ! ça doit-être le soleil qui tape trop fort. Alors vivement la pluie, et peut-être, du boulot pour tous !

En attendant, très bon et très calme week-end à toutes et à tous.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *