Mieux vaut en rire : Je m’oppose, toi non plus

Mieux vaut en rire : Je m’oppose, toi non plus

En vérité, depuis les dernières élections, et les résultats étonnants et détonants qui en ont découlés, je m’attendais bien à assister à un spectacle insolite à la Chambre des députés, mais pas aussi amusant. Même s’il est normal que souvent, démocratie oblige et alternance impose, la majorité d’hier devient l’opposition aujourd’hui, et vice versa, chez nous, ce n’est pas toujours aussi clair. A vrai dire, il nous arrive parfois, nous citoyens, électeurs ou pas, de ne pas trop comprendre qui est qui, qui soutient qui et qui s’oppose à qui. Bon, c’est vrai qu’on a quand même, d’une part, un gouvernement en place – bon ou pas, on ne sait pas encore, on verra, et on croise les doigts pour lui et pour nous – et, d’autre part, une opposition, c’est du moins mon impression, qui n’a pas vraiment choisi de s’opposer, mais, la pauvre, ce sont les circonstances qui le lui ont imposé. Il y aurait peut-être une exception ou deux, mais –et c’est toujours mon impression– tous les autres partis de l’opposition actuelle auraient bien voulu faire partie de la majorité, et, donc, du gouvernement, mais, les malchanceux, on n’a pas voulu d’eux. Alors, depuis, on se venge comme on peut. Depuis que la nouvelle équipe a présenté son programme de «rupture», comme ils disent, les autres en face n’arrêtent pas de leur taper dessus. Ne croyez surtout pas que je trouve ça anormal ni pas sympa. Bien au contraire. La démocratie, c’est ça, et rien d’autre : un gouvernement  qui propose, une opposition qui s’oppose et, si tout va bien, un Parlement qui dispose. Le hic, ici et maintenant, c’est que si notre gouvernement tâtonne encore un peu, et c’est un peu normal, notre opposition, elle, frappe beaucoup, mais un peu n’importe comment. Moi, je les comprends un peu, et je ne suis pas le seul, car je sais, et vous le savez sûrement vous aussi, que cette opposition n’a pas toujours été dans l’opposition. En fait, c’est un peu plus compliqué. Je vais essayer de vous expliquer. D’abord, il y a une partie qui a toujours été ou dans le gouvernement ou dans son entourage le plus proche, et donc, ne sait pas encore ce que «s’opposer» veut dire. Ensuite, il y en a d’autres qui, eux, n’étaient pas dans le dernier gouvernement, qui étaient même, officiellement, dans l’opposition, mais qui, selon certaines mauvaises langues, étaient plus majoritaires que la majorité. Enfin, on a ceux qui ont représenté, durant plusieurs décennies, mais il y a bien longtemps, la vraie opposition dans toute sa férocité et toute son oralité, qui sont devenus gouvernants durant un bon moment, mais qui se sont retrouvés de nouveau dans l’opposition, du jour au lendemain, alors que, les pauvres chéris, ils ont vraiment perdu la main. Alors, tout ce bon monde dans le même panier, ça ne peut que nous faire… rigoler. Bon, d’accord, soyons un peu plus indulgents, et donnons à tous et à toutes, comme on nous l’ordonne de partout, le temps au temps. Alors, pour parler absolument d’autre chose, je voudrais bien qu’on m’explique 2 ou 3 trucs : D’abord, comment ces affreuses prothèses mammaires dites «PIP» seraient bel et bien rentrées au Maroc alors que notre ex-ministre de la santé soutenait le contraire ? Pourquoi des députés auraient aimé être payés depuis la date de leur élection, alors qu’ils n’ont mis les pieds au Parlement que plusieurs semaines plus tard ? Et, enfin, une question très personnelle : pourquoi les candidates au concours Miss Maroc 2012 ne vont pas défiler en maillot de bain, mais en costume traditionnel ? Alors, les plages en caftans, c’est pour quand ? Allez l’opposition, voici une bonne occasion de vous faire entendre !  Bien sûr, je plaisante…Bon week-end les rigolos !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *