Mieux vaut en rire : Pas vu à la télé

Mieux vaut en rire : Pas vu  à la télé

Je ne suis pas obligé de vous le dire, mais je vais le faire quand même: j’avais prévu un tout autre sujet pour la chronique de ce week-end, mais j’ai décidé à la dernière minute de m’attaquer à cette historique décision de priver de télé nos parlementaires pour la séance de mercredi après-midi.

D’ailleurs, à ce propos, j’aimerais bien savoir pourquoi on a choisi le mercredi après-midi pour ce type d’amusements télévisés ? Est-ce que c’est une simple coïncidence ou est-ce un choix cynique délibéré ? Pour être un peu plus précis dans mes sournoiseries, je m’interroge sur la signification de la retransmission en direct des séances souvent houleuses de notre Parlement juste au moment où une bonne partie de nos gamins sont à la maison pour cause de pause hebdo. Au fond, je trouve que ce n’est pas une si mauvaise idée d’offrir un spectacle à l’œil à tous les gosses qui n’ont pas les moyens d’aller faire de la danse, du judo ou du Kung Fu, ou d’aller jouer au tennis, à l’équitation ou même au golf – si, si, ça existe, je le jure.

Si la décision a été prise dans ce sens,  il faudrait saluer chaleureusement le génie du gouvernement, même si ce n‘est pas celui-ci qui l’a initiée car ça ne date pas d’hier. Ceci dit, justement, c’est l’actuel, et plus exactement le chef de ce gouvernement en exercice actuellement, qui aurait décidé de mettre fin à la première expérience de télé réalité dont le Maroc peut s’en orgueillir, même si, entre nous, il n’a fait que copier, comme il le fait assez souvent, sur ses voisins du Nord qui, d’ailleurs, ne sont pas toujours si futés que l’on serait tenté de penser. La menace exprimée il y a quelques jours par M. Benkirane a donc bel et bien été mise à exécution, ce qui montre et démontre à ceux qui en doutaient encore que le bonhomme peut être parfois marrant, et même hilarant, mais il n’est sûrement pas le rigolo qu’on croit.

D’ailleurs, à voir les photos dans les journaux de ceux qui ne seront peut-être plus sous les projecteurs des caméras, on remarque qu’ils n’ont plus très envie de rigoler. Je crois qu’ils ont enfin compris qu’ils ne pourront plus s’amuser comme avant, en tout cas, ils ne peuvent plus le faire en public. Il faut dire que, du même coup, le public de tous âges se trouve lui aussi privé de ces spectacles clownesques, et de ça, je pense qu’il mettra du temps à se remettre.

J’en profite pour exprimer mon désaccord avec un de mes collègues qui a écrit récemment à ce propos, je le cite, «heureusement que les telenovelas existent permettant par la fiction à de nombreuses personnes d’oublier la dure et décevante réalité politique nationale». Non, je ne suis pas d’accord avec toi car, quoi qu’on puisse croire, je pense qu’une seule séance de notre Parlement est bien plus marrante que toutes les séries télévisées toutes nationalités et toutes langues doublées ou non confondues. Oui, c’est vrai que pour les enfants, ça peut craindre un peu, mais, que voulez-vous, ils n’avaient qu’à avoir des parents moins nécessiteux, comme par exemple, des parlementaires.

Franchement, est-ce que vous croyez une seconde que l’un d’entre eux se serait permis de faire le pitre tout en sachant que son rejeton est en train de le suivre en direct à la télé ? Comme quoi, nos prestigieux représentants ont beau être des comédiens pas toujours très talentueux, ils n’en demeurent pas moins des personnes tout à fait soucieuses, elles, de la jugeote de leur descendance. Cela étant dit, je trouve que l’idée de coller un scotch sur leur bouche est absolument excellente, et s’ils pouvaient ne pas l’enlever, ça serait encore mieux.
En attendant, je vous souhaite un excellent et beau week-end pluvieux – on a encore besoin de pluie – et surtout très silencieux.

Un dernier mot pour rigoler un peu: quand quelqu’un décide d’écrire ses mémoires, il faut qu’il en ait encore assez pour se souvenir de tout ce qu’il a fait.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *