Mieux vaut en rire: Qui veut des vœux ?

Mieux vaut en rire: Qui  veut des vœux ?

Alors, comme tous les ans à pareil moment, nous allons faire des vœux, des vœux en veux-tu en voilà,  nous allons en recevoir des dizaines de nos amis, de nos proches, de notre famille, de nos voisins et même parfois de nos propres ennemis, comme quoi, tout ce qui est abondant et gratuit ne compte pas.

Pourtant, analphabètes ou instruits, archaïques ou modernistes, athées ou dévots, mystiques ou sceptiques, spirituels ou spiritueux, nous y croyons tous et toutes. Tout le monde croit, à tort ou à travers, qu’il suffit de faire un vœu ou de le recevoir pour le voir réalisé. Surtout à la veille d’une nouvelle année.

Personnellement, je ne suis pas très naïf, et pas très croyant non plus, pourtant j’y crois à fond. En vérité, je n’y crois pas trop, mais je me dis, au fond, qu’est-ce que j’ai à perdre de faire le plein de vœux, peut-être que le Ciel, le Bon Dieu, Père Destin, Mère Chance et qui sais-je d’autre encore, pourraient,  individuellement ou tous ensemble, décider de me faire plaisir et pour une fois, exaucer un de mes innombrables vœux que je n’ai jamais cessé de citer, de répéter et de ressusciter.

C’est pour cela que, justement, les vœux, j’en ai à la pelle et je m’en vais les partager avec vous. En plus, vous les avez à l’œil. Ne me remerciez pas, ça ne me coûte pas un rond. En fait, vous savez comment je fais ?

C’est tout simple : je prends tous les vœux que j’ai envoyés pour le nouvel an à mes amis, proches, etc., ainsi que tous ceux que j’ai reçus d’eux et qui sont restés, à ce jour, sans résultats, je les mets de côté, et au fur et à mesure de l’avancée de l’année dans le temps, je leur ajoute tous les vœux qui arrivent au gré des fêtes religieuses, des fêtes païennes, de Noël, de la St Valentin, de Achoura, de Pâques, bref, j’en ai tout un paquet. Et je vais, sans trop tarder, vous les distribuer.

Mais sachez que dans le lot, il y aura forcément un peu de tout : des émotionnels, des sentimentaux, des institutionnels, des officiels, des redondants, des sonnants, des dissonants, des gonflants, des qui-ne-veulent-rien-dire, des qui-ne-servent-à rien, etc. Vous n’avez qu’à faire comme moi : vous prenez ceux qui vous arrangent ou ceux qui sont les plus urgents,  et vous mettez les autres de côté, des fois qu’il y en a un qui décide miraculeusement de se réaliser.

Je commence. Voici mes vœux pour l’année 2015, dans le désordre, pour vous et pour tous ceux et toutes celles qui en veulent : de la sérénité, de la joie de vivre, du fric, de la tranquillité, de la prospérité, un ciel toujours bleu, de la paix, un Parlement représentatif, de la pluie au bon moment, juste ce qu’il faut et là où il faut, un gouvernement démocratique, du boulot pour ceux qui n’en ont pas et de l’avancement pour celles qui en ont, des enfants pour les ménages stériles, des fiancés pour les jeunes filles qui les attendent, des barrages toujours pleins, des ministres compétents, des poches bourrées d’oseille, des chaussées sans trous, une équipe nationale de foot qui gagne des matchs, des maires élus par les électeurs et pas par des élus corrompus, du pain complet au prix minima, la réouverture des salles de cinéma, l’interdiction absolue de mariage des mineures, l’ouverture des boulangeries jusqu’à minuit, la lecture obligatoire de la maternelle jusqu’au Master, des crèches gratuites dans les résidences, la fête chaque week-end, la pédophilie abolie, l’homophobie honnie, des films marocains primés à Cannes, un nouveau Aouita et une nouvelle Nawal, des télés et des radios vraiment  privées et vraiment libres, de la gaité, du bonheur, et surtout, surtout, surtout de la santé toute l’année pour vous et pour tous  et toutes celles que vous aimez.

En attendant que tous ces vœux soient exaucés pour notre grand bonheur, je souhaite à toutes mes lectrices et à tous mes lecteurs fidèles une très belle et très joyeuse année 2015. Quant aux autres…

Un dernier mot en forme de devinette pour rigoler un peu : qui, d’après vous, risque de redoubler, voire de doubler la mise, l’année prochaine ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *