Nous sommes tous le Maroc !

Nous sommes tous le Maroc !

Nous sommes TOUS le Maroc ! Ou peut-être devrai-je remplacer le point d’exclamation par un point d’interrogation vu le triste débat, la sinistre polémique qui secoue notre société actuellement. Sinistre et dramatique à la fois, car c’est à qui exclura l’autre, à qui mettra autrui «hors de la Communauté», qui se proclamera plus moderniste ou le  plus attaché aux valeurs (comme si les 2 étaient incompatibles), qui se voudra le plus musulman ou le plus laicard (les 2 se rejoignant d’ailleurs trop souvent dans l’extrémisme), on se retranche dans un camp, on «excommunie» l’autre, on se compte, on s’invective, sur la Toile ce sont de véritables «guerres de tranchées» auxquelles on assiste…
Stop ! «Cessez le feu» ! Ne voyez-vous pas, égoïstes que vous êtes, que pour de sordides intérêts avouables ou non, vous êtes en train de déchirer le fragile tissu de notre société, que vous êtes en train de mettre à mal l’équilibre qui permet à notre population d’être LE Maroc, dans toute sa diversité, dans toutes ses composantes. Nous sommes une immense majorité à vouloir vivre ensemble dans NOTRE pays, à considérer notre voisin – quelque soit la langue qu’il utilise, quelque soit sa pratique ou non de la religion,  quelques soient ses goûts personnels – comme étant avant tout notre COMPATRIOTE, voulez-vous faire de nous une population d’adversaires, voire d’ennemis ? Nous amènera-  on à penser que pour être «moderne» il faut balayer tout ce qui fait notre identité, devra-t- on, pour ceux d’entre nous qui parlent et rêvent en français, devenir des «parias», la jeune fille ou la femme qui porte jean’s et cheveux au vent deviendra- t- elle une mécréante et celle qui porte un foulard une pauvre femme soumise et arriérée ?
En arriverons-nous à classer les Marocains en catégories de «plus Marocains que les autres» ou de «moins Marocains que les autres», de quel épithète allons-nous alors affubler nos compatriotes de l’étranger, et nos compatriotes de confession juive et nos conjoint(e)s de confession chrétienne et les enfants que nous aurons eu avec eux (elles) dans quelle catégorie allons-nous les ranger? Depuis toujours les Marocains sont les fruits d’additions, faut-il aujourd’hui procéder par soustraction, par division et donc par amputation ? Ce serait la fin de notre diversité qui fait notre richesse, la fin de notre singularité et le début d’une forme de tribalisme  suicidaire !
C’est de vivre ensemble qu’il faut parler, de nos convergences et de nos différences qui nous enrichissent, de ce qui fait que nous sommes TOUS Marocains. Parlons de nos dénominateurs communs et vivons nos spécificités avec bonheur, arrêtons de nous faire peur : les uns ne réussiront pas sans les autres !
Qu’un Marocain barbu, qu’ une Marocaine portant mini-jupe, qu’un Marocain de confession juive, qu’un enfant Marocain de maman étrangère, qu’une Marocaine parlant espagnol, qu’un jeune qui porte une boucle d’oreille, qu’un Marocain fréquentant assidûment la mosquée…soit rejeté, exclu, montré du doigt ou banni par – et de – nous mêmes et c’est notre Nation toute entière qui sera orpheline !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *