Périscope : Israël cible l’Iran

Périscope : Israël cible l’Iran

Selon le Los Angeles Time, Israël a modifié des missiles de croisière d’origine américaine embarqués à bord de sous-marins, pour les équiper d’ogives nucléaires,se donnant ainsi la capacité de lancer des armes atomiques depuis la terre, l’air ou la mer. De son côté, le magazine allemand Der Spiegel rapporte qu’une unité spéciale du Mossad a reçu il y a deux mois, pour mission de travailler à des plans d’attaque contre une demi-douzaine de cibles en Iran. Selon cet hebdomadaire, ces cibles, notamment trois sites nucléaires totalement inconnus du monde à ce jour, pourraient être détruites complètement et simultanément par des chasseurs-bombardiers F-16, une opération jugée tout à fait réalisable par le Mossad qui a fait publier une carte de ce pays indiquant où se trouvent les sites nucléaires susceptibles d’être attaqués. Il a aussi accompagné ces cartes de prises de vue aériennes de ces sites. On y voit un sous-marin de la classe Dauphin israélien, un bâtiment qui peut rapprocher les côtes d’un pays hostile et tirer des missiles de croisière à ogive nucléaire avec une précision extrême grâce au guidage par satellite. La réédition de l’attaque, en 1981, du programme nucléaire de Saddam Hussein contre l’Iran serait cependant beaucoup plus complexe, ces sites étant dispersés sur un territoire très vaste, dont la frontière orientale se trouve à 1.300 km des bases aériennes israéliennes, ce qui rendrait les avions d’Ariel Sharon très vulnérables. Ce qui n’empêche pas l’option militaire d’être retenue contre Téhéran, considéré comme l’ennemi potentiellement le plus dangereux d’Israël. Malgré les condamnations, ce pays continue d’affirmer qu’il « frappera ses ennemis en tout lieu et tout temps ». Il vient de le confirmer en agressant la Syrie, en toute impunité. Ariel Sharon vit par et pour la guerre et il y a très peu de gens qui croient que la paix au Proche-Orient est possible avec son gouvernement. Il continue d’ailleurs de développer des programmes d’armement tous azimuts. Il figure parmi les premiers clients des Etats-Unis, pour plusieurs milliards de dollars. La lutte contre le terrorisme fournit à l’Administration Bush le prétexte rêvé pour alléger certaines restrictions légales sur les exportations d’armes à destination de Tel-Aviv. Le fait d’avoir introduit cet objectif dans l’agenda politique donne aux marchands de la mort la justification idéale pour afficher un chiffre d’affaires d’environ 93 milliards de dollars en cinq ans. Un chiffre qui va en augmentant où Washington a placé ses ventes en la matière à 38 milliards de dollars, ce qui équivaut à 41 % de ce marché.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *