Périscope : Surréaliste

Périscope : Surréaliste

L’adoption à la quasi-unanimité, par l’Assemblée générale de l’Onu, de la résolution appelant Israël à s’abstenir de toute action menaçant le dirigeant palestinien Yasser Arafat, est aussi bien une gifle qu’une dénonciation de la politique sioniste du gouvernement israélien. Une véritable leçon qui met en exergue, si le besoin se fit ressentir, la dérive d’Israël et l’abjecte complicité des États-Unis, qui sont allés jusqu’à brandir leur veto afin de s’opposer à une résolution juste. Une énième bénédiction américaine aux actes sanguinaires de Sharon et ses acolytes. La veille, les dirigeants américains braillaient, dans une seule voix, leur opposition à l’exclusion ou l’élimination de Yasser Arafat. Leur veto au Conseil de sécurité ne peut que trahir leur vile duplicité. La Communauté internationale s’est, certes, prononcée à travers son vote massif contre cet acte de terreur que prémédite Israël. Mais l’on doute que cette adoption unanime, condamnation unanime donc, puisse avoir un quelconque effet. Un vain coup d’épée dans l’eau. Et pour cause. La sentence de mort a d’ores et déjà été prononcée contre Yasser Arafat. Sa liquidation figure depuis longtemps dans les plans méphistophéliques d’Israël. Il n’est plus qu’une question de temps et le gouvernement sioniste n’y ira pas par quatre chemins. D’autant plus que l’enjeu est de taille pour les croque-morts de la paix, Sharon et ses complices en l’occurrence. La disparition d’un Arafat qui se fait de plus en plus encombrant aura le mérite d’enterrer définitivement toute perspective de paix et, pour ainsi dire, toute éventualité de création d’un État palestinien. Une situation qui sied tellement aux appétences des dirigeants israéliens. La liquidation physique d’Arafat fera basculer la région dans un chaos inimaginable et c’est l’aboutissement auquel aspire le gouvernement actuel mené par le boucher légendaire. Un tel état de fait donnerait libre cours à toutes sortes de dérives radicales et l’extrémisme y puisera toute son infâme énergie. La résistance palestinienne se fera plus rude et le gouvernement israélien y trouvera l’occasion de se livrer à sa passion favorite, celle de massacrer du Palestinien à tout bout de champs, femmes et enfants confondus. La paix a été enterrée avec Yitzak Rabin, qui fut assassiné par ceux-là même qui détiennent les rênes de l’État hébreu. L’autre signataire des accords d’Oslo est toujours de ce monde et le gouvernement israélien s’empresse de l’envoyer rejoindre son camarade. Ce sera la seule issue pour mettre la région à feu et à sang, plus qu’elle ne l’est actuellement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *