Point de vue : Le Maroc que tu vis, le Maroc que tu veux…

Point de vue : Le Maroc que tu vis, le Maroc que tu veux…

Tel est l’intitulé du Café Politis qui sera organisé par les Marocains Pluriels et l’Association Sqala ce mercredi 26 février à la Sqala de Casablanca.

Le Café Politis est une agora où les citoyens -et tout particulièrement les jeunes- sont invités à venir rencontrer, dialoguer, échanger avec des personnalités sur un sujet d’actualité ou un sujet de société.

Pour cette édition il nous a paru indispensable de mettre l’accent sur 3 défis majeurs qui – aux côtés des enjeux que sont l’éducation, la santé et la justice – représentent l’avenir de la société dans laquelle nous voulons vivre.

La jeunesse, la culture, le sport sont les grands oubliés de notre développement et lorsqu’enfin ils sont abordés c’est hélas toujours de façon anecdotique, or rien de durable ne pourra se construire si la jeunesse n’est pas impliquée. Aucun épanouissement ne sera possible par ailleurs sans les 2 «mamelles» de notre développement que sont la culture et le sport. Qui mieux que Adnane Addioui pouvait venir entendre ces points de vue et y répondre ? Président du MCISE et membre de la Commission spéciale du modèle de développement, il a un véritable sens de l’écoute, il est en phase avec les évolutions de notre société et porteur de véritables perspectives.

Les citoyens sont invités à venir s’exprimer librement lors de ce Café Politis puisque c’est le public qui en sera l’une des composantes principales, par ailleurs des invités viendront donner leur point de vue – porteurs qu’ils sont des attentes du «terrain» en tant qu’acteurs associatifs, culturels, estudiantins et sportifs.

Leurs paroles seront importantes à entendre car elles seront le reflet sincère de ce que notre jeunesse porte en germes :

Ayoub Koutar viendra nous parler sport, Oussama El Bakkali s’exprimera sur les libertés individuelles, Achraf Tamlakoutan parlera vivre-ensemble, Yahya Salami se fera porte-parole des attentes de la jeunesse, Siham Meftahi mettra en lumière les droits des femmes, Moussa Laarif nous parlera culture et Ali Taleb abordera la question cruciale «comment rétablir la confiance ?»

Au moment où la démoralisation semble s’être emparée de nous et où seul un électrochoc peut inverser la tendance, cette édition spéciale du Café Politis mettra le doigt sur tous ces points, car s’il est un baromètre qui ne trompe pas, c’est bien l’état d’esprit de notre jeunesse : à 20 ans on est généralement l’incarnation de l’envie de vivre, or là dans le meilleur des cas nos jeunes tentent de s’accrocher, dans le pire ils meurent en Méditerranée, se suicident par la drogue ou deviennent des morts-vivants…

Les obstacles sont certes nombreux et en premier lieu la perte de confiance d’une grande partie de notre population et notamment de notre jeunesse, qui parce qu’impétueuse, parce que légitimement impatiente, perd espoir, mais nous ne manquons pas d’atouts.

Electrochoc donc, cela signifie audace, cela implique courage, cela veut dire pari sur l’avenir. Les Marocains ont changé, changent… quel est donc ce Maroc que l’on appelle de nos vœux et que nous devons collectivement (re)construire ?

Pour tout cela nous avons besoin d’exprimer des opinions, de dire nos désirs, nos rêves, de dialoguer, d’échanger… c’est à cela que nous invite ce Café Politis du mercredi 26 février à la Sqala à 19 heures, dont l’entrée est libre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *