Point de vue : Les «109»

Point de vue : Les «109»

«109» comme «sang neuf» : j’ai adoré la façon -et la rapidité- avec lesquelles les jeunes marocains se sont approprié le discours royal.


«On» les dit blasés, désabusés, individualistes…ce «On» en fait ne connaît rien à notre jeunesse qui vient de nous administrer une belle preuve de son attention et de sa réactivité, dès le lendemain de la Fête du Trône, sur les réseaux sociaux certes, mais encore bien plus sur le terrain, les jeunes se sont approprié le terme «sang neuf» et en ont fait avec humour -mais un humour ô combien significatif- «les 109 c’est nous» (eh oui en français messieurs les censeurs !)
Les jeunes de Marock’Jeunes, les jeunes de Moroccan Millennium Leaders, ceux de Mogajeunes… ont très vite compris l’appel du Roi et se sont empressés de commenter, d’analyser, de publier des commentaires sur le mode «Présents ! Nous sommes là».

Les mots qui sont le plus souvent revenus dans leurs bouches et dans leurs écrits étaient : compétence, innovation, sang neuf et les plus souvent décriés : médiocrité, rente, immobilisme…
SM Mohammed VI dans son discours a donné un éclairage de premier plan aux revendications, aux attentes, aux espoirs de la population et tout particulièrement de la jeunesse : nos jeunes sont immensément talentueux, dans tant et tant de domaines, bien sûr les arts, la culture, le sport mais leur potentiel s’étend à toutes les matières, quand donc les «médiocres» qui gangrènent une grande partie de nos dirigeants, de notre administration prendront-ils enfin la mesure de leur échec et laisseront-ils s’épanouir ces enfants de la classe moyenne qui piaffent d’envie de sortir de la relégation… Trop nombreux sont ceux qui font tout pour que perdure le statu quo, cette inertie qui les sert, qui sert leurs intérêts et ceux de leur progéniture, car pour eux ces jeunes de la classe moyenne -brillants, bosseurs, érudits et qui «en veulent»- sont un véritable danger pour leurs propres enfants, nés une cuiller d’argent dans la bouche et incapables du moindre effort.

Ce passage du discours traduit tout: «Par la volonté de Dieu, cette nouvelle étape sera marquée par le lancement d’une nouvelle génération de projets. Elle nécessite par conséquent de nouvelles compétences aux différents postes et niveaux de responsabilité. Du sang neuf doit, donc, être apporté au sein des institutions et des instances politiques, économiques et administratives, y compris le gouvernement. A cette fin, à l’horizon de la rentrée prochaine, Nous chargeons le chef de gouvernement de soumettre à Notre appréciation des propositions visant à renouveler et enrichir les postes de responsabilité, tant au sein du gouvernement que dans l’Administration, en les pourvoyant de profils de haut niveau, choisis selon les critères de compétence et de mérite.»
Il est clair que deux grands enjeux nous attendent : la jeunesse, le mérite et la réduction des inégalités sociales… Le moment de se projeter dans l’avenir est là et deux grands défis se posent à nous, que nous devons impérativement relever :
– réduire de façon drastique les inégalités et disparités sociales qui traversent notre société.

– permettre le critère de compétence et l’émergence de notre jeunesse : qu’elle trouve sa place légitime et puisse devenir actrice de sa vie et de son (et notre) futur.
J’ai beaucoup discuté avec de jeunes responsables associatifs et acteurs culturels après le discours royal, ils sont lassés des promesses non tenues de la classe politique, lassés de se retrouver seuls face à eux-mêmes dans ce combat qu’est leur avenir, lassés de l’inaction qui prévaut dans tant de domaines, ils ont donc écouté avec attention les propos de SM le Roi et y ont trouvé les motifs de reprendre espoir, ils y ont entendu ce qu’ils espéraient, ce qu’ils attendaient: l’appel à la jeunesse -au sang neuf- à la compétence, la volonté de lutter contre les inégalités sociales -la prise en compte des plus démunis, des plus fragiles, de ceux qui peinent à boucler leurs fins de mois-, la disparition des formes de rentes existantes et des comportements générateurs de frustration-stop l’hogra-, le début d’une nouvelle étape dont les maîtres mots seront «essor» et «responsabilité»… malheur à ceux qui une fois l’électrochoc du discours passé, voudront faire comme si de rien n’était !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *