Point de vue : Les «Ismes» de la haine

Point de vue : Les «Ismes» de la haine

Racisme, radicalisme, islamisme… ces mots -et ces maux- qui prennent la France, et hélas dans le même temps tous les partisans et les artisans du vivre-ensemble, en otage !

Il serait tentant de croire que ce (faux) débat ne concerne que la France, mais à l’heure du Net et étant donné la proximité entre les 2 pays et les liens familiaux dus à la présence de la communauté marocaine en France et de la communauté française au Maroc, il est bien évident que ce débat nous rattrape. Ainsi donc racistes et radicalistes se retrouvent pour piéger toute une population, tout un pays ; il faudrait être aveugle pour ne pas voir que ces extrémistes des deux bords s’alimentent les uns les autres et se font la courte échelle pour faire avancer leurs projets funestes.

Malheureusement la classe politique française, dans son ensemble, gère très mal ce danger qui la gangrène : les islamistes dont le but est d’attiser le communautarisme pour arriver à la division et les racistes qui n’ont de cesse de dénoncer la présence de Musulmans en France afin de provoquer la peur en criant au communautarisme, convergent tous pour pousser la population -de religion ou de culture musulmane-  à se replier sur elle-même, ce qui bien évidemment est suicidaire.

Nous en sommes arrivés aujourd’hui à ce que les non-adeptes du voile se retrouvent contraints de le défendre et les femmes qui souhaitent, librement, le porter se voient montrées du doigt et désignées comme terroristes potentielles… On le voit, les réponses ont du mal à émerger : le gouvernement est frileux, la classe politique semble s’aligner sur la pire des lignes, le mouvement associatif est démuni et les organisations religieuses sont tétanisées. Résultat : les Musulmans de France et les Musulmans français sont jetés en pâture et pris en tenaille.

Des pétitions se succèdent «Pour» le voile, «Contre», le voile s’accusant mutuellement de traîtrise et alimentant -à leur corps défendant- la polémique mortifère. Les réponses ne peuvent venir que du terrain, de la base, du sein de la population elle-même dans sa diversité, il faut des actions et des actes concrets, parlants, qui (re)créent du lien social et initiés par des acteurs locaux associatifs, culturels, sociaux auxquels des personnalités, des artistes, des sportifs de renom apporteront de la visibilité car il faut absolument que les médias relaient ces actions.

Il faut que racistes et radicalistes se retrouvent pris à leur propre piège, isolés, entourés d’un filet de protection, de fraternité, de solidarité, d’échanges sur le terrain.

Il faut que la population de France dans toutes ses composantes se retrouve dans ces actions, non seulement s’y reconnaisse mais aussi se les approprie.

Et là peut-être le Maroc peut servir d’exemple. En effet les activités célébrant, enrichissant, consolidant le vivre-ensemble sont nombreuses et diverses dans notre pays et donnent des résultats.

Quelques idées pourraient ainsi être mises à profit avec réussite, en France :

– Couscous entre voisins de toutes origines

– Messes œcuméniques

– Portes ouvertes dans les mosquées

– Dafinas fraternelles

– Goûters pour enfants de toutes les couleurs

-Tournée de représentants de toutes les religions, d’artisans du vivre-ensemble, dans les quartiers

-Festival des arts culinaires montrant la richesse de toutes les cuisines aujourd’hui pratiquées en France

Ce ne sont certainement pas les idées qui manquent et en France très nombreux sont les médiateurs, les animateurs, les militants associatifs… qui sur le terrain en seraient les acteurs efficaces.

La haine distillée par les populistes politiques et religieux ne pourra être contrée que par la fraternité qui viendra du terrain et y fera barrage…

Aux actes citoyens !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *