Point de vue : Politis, pour recréer des lieux de dialogue…

Point de vue : Politis, pour recréer des lieux de dialogue…

Pendant 5 ans -de 2011 à 2016 – plus de 40  éditions du Café Politis (fruit d’un partenariat entre l’association Marocains Pluriels et l’association Sqala) ont réuni des milliers de citoyens concernés – dont énormément  de jeunes –, invité des centaines d’ intervenants s’exprimant sur tous les grands sujets de société, et organisé ainsi des heures et des heures de débat, de dialogue, de discussions.

Le Café Politis c’est une école – puisque certains jeunes s’y sont «frottés» à l’art de la réthorique pour la 1ère fois, expérience les ayant incités à ensuite s’engager au sein d’une association, de leur quartier, leur école  ou pour une cause humanitaire – On parle d’une « Génération Café Politis»…

Le Café Politis a essaimé et donné naissance à des Cafés Citoyens, des Cafés Fraternités, des Cafés Culturels dans de nombreuses villes du Royaume.

Il est clair qu’aujourd’hui les espaces de rencontres, de discussion, de débats sont d’une nécessité absolue : les rapports entre citoyens se sont crispés, les questions de société sont capitales et le besoin de dialogue s’est rarement fait sentir à ce point !

La nature a horreur du vide… le Café Politis remplissait ce rôle d’agora, indispensable, ses années d’expérience sont un atout précieux, il revient donc afin de répondre à l’envie des nouvelles générations de comprendre et de débattre et à celle des adultes de faire face aux besoins apparus avec les changements de notre société …

Jeunesse, service militaire, harcèlement, exclusion, culture, disparités sociales, immigration, racisme… autant de grands sujets dont il nous faut impérativement débattre au risque si l’on continue de les ignorer d’en faire de véritables abcès de fixation.

Aujourd’hui les réseaux sociaux font office de lieux de débats, l’avantage en est de permettre à chacun d’exprimer son ressenti, le danger en est de n’être qu’une succession de monologues s’ignorant les uns les autres. Le terrain est irremplaçable qui permet le contact, qui permet le vis-à vis et surtout qui évite l’anonymat trompeur, les faux profils ou encore les armées de trolls en service commandé.

Le Café Politis est aussi un lieu de rencontre où les gens ont plaisir à se retrouver, à échanger et qui favorise même la naissance de projets, il nous fixe un premier rendez-vous ce mercredi 31 octobre à 19h sur l’Esplanade de la Sqala pour une édition consacrée à un thème ô combien d’actualité alors que 2 vidéos de tentatives de viols filmées et postées sur les réseaux sociaux montrent l’ampleur du fléau: «Harcèlement, une loi certes ! Mais quelle(s) réalité(s) sur le terrain ?»

Argumentaire : «Harcèlement ! difficile pour la femme marocaine d’évoluer dans le respect, la confiance et la dignité auxquels elle a droit dans notre espace public : interpellations, remarques sexistes, vexations, propos ou gestes déplacés sont hélas trop souvent son lot…

Viol, violences… y compris conjugaux, continuent de blesser, voire de tuer, nombre de nos compatriotes féminines…

Partout dans le monde, des pétitions, des actions sont menées, des lois sont édictées pour tenter de remédier à ces maux ; au Maroc une loi vient d’être mise en application (le 12 septembre dernier) après avoir été votée au Parlement. Certes elle ne donne pas entièrement satisfaction aux associations et aux militantes de la cause de la femme, mais elle a le mérite d’exister.

Qu’en est-il sur le terrain, où en sommes-nous de l’application, comment faire évoluer les mentalités, quid des nouvelles générations, quelle pédagogie ???»

Toutes ces questions seront abordées lors de ce Café Politis de rentrée où des intervenant(e)s habité(e).s par cette cause viendront dialoguer et débattre avec le public, sans langue de bois.

avec :

– Sanaa El Aji, sociologue, directrice de rédaction de Marayana.com

– Khadija Boujanoui, présidente du Comité parité et diversité de 2M

– Youssef Chehbi, avocat

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *