Point de vue : Quel Maroc pour demain ?

Point de vue : Quel Maroc pour demain ?

Depuis que Sa Majesté le Roi a énoncé le constat de la faillite de notre modèle de développement et la nécessité d’en élaborer un nouveau – performant et adapté- beaucoup se sont exprimés sur le sujet et proposé leur propre copie, partis politiques, think tanks, conclaves et autres.


Pourquoi s’en plaindre me diriez-vous, au contraire il est bon que chacun mette la main à la pâte, bien sûr, il nous faut cependant absolument y associer les principaux concernés eux-mêmes : les citoyens et tout particulièrement les jeunes.
Comment concevoir que l’on puisse décider d’un modèle de développement sans que la population n’y soit pas associée ? Si l’on veut réussir -et nous n’avons pas le droit à l’échec- il faut que les citoyens se l’approprient, qu’ils se reconnaissent en lui et pour cela il faut qu’ils participent à son élaboration.
C’est le B.A – BA : l’approche participative est la bonne solution puisque c’est de l’avenir de toute la Nation qu’il s’agit !

C’est dans cette optique que le Café Politis de ce mardi 23 avril sera consacré au «Maroc de demain», ce Maroc nouveau que nous voulons construire, ce Maroc que les jeunes générations souhaitent, ce Maroc du progrès pour tous.
Quel Maroc voulons-nous donc livrer à nos enfants, aux générations futures ? Quel Maroc les jeunes souhaitent-ils contribuer à construire ?
«Dans quel Maroc voulez-vous vivre?» telle est la question que j’ai posée à 30 jeunes qui y ont répondu dans le livre «Des jeunes, des cris» qui vient de sortir aux Éditions Le Fennec…

C’est aussi à ces questions -et leurs réponses- que cette édition du Café Politis sera vouée. Cette édition prendra une forme particulière puisque 6 jeunes intervenants en seront les acteurs : ils s’interrogeront -et nous interrogerons- sur des questions aussi essentielles que l’égalité des chances, l’éducation, la culture, la formation, l’emploi, le vivre-ensemble, la justice sociale…
C’est en effet des réponses à ces questions que dépend le devenir de notre société et le visage de notre pays dans lequel vivront les Marocain(e)s de demain.
C’est aujourd’hui que se construit demain…

Ces jeunes intervenants auront à leurs côtés 3 grands témoins qui non seulement auront la lourde tâche de leur répondre, mais aussi celle de nous faire part de leur propre vision, de leurs propositions :

Ces jeunes intervenants sont acteurs associatifs, artistes, étudiants, acteurs culturels et sportifs :
Badr Moutaz : la culture
Anas Sedjari : le dépassement de soi, la motivation
Hajar Regragui : la justice sociale
Reda El Hajjaji : l’éducation, l’emploi
Hajar Anessisse : la place de la femme
Mouad Chaoui : le sport
Les 3 grands témoins, quant à eux, sont:
Latefa Ahrrare : artiste, actrice, réalisatrice.
Salah Elouadie : militant pour les droits de l’Homme, président du Mouvement Damir.
Jérémie Dahan : chef d’entreprise.

Ce sera notre apport à la réflexion pour notre société à venir, que nous ne réussirons à rendre plus harmonieuse qu’en lui redonnant une cohésion, en tissant un projet de vie commun, en réinventant la justice sociale …/… et en (re)donnant à la culture le rôle primordial qui est le sien : celui de vecteur et de créateur de lien social.»

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *