Point de vue : Rassemblance à la Goutte d’Or

Point de vue : Rassemblance à la Goutte d’Or

Ils forment une équipe de jeunes Franco-Marocains, Samir, Youssef, Mehdi, Hicham, Abdelghafour, Reda…, enfants de Barbès – arrondissement de Paris mondialement connu – plus particulièrement son quartier de la Goutte d’Or, lieu d’immigration, de diversité et de brassage par excellence – et ils avaient depuis longtemps l’idée de créer une association.

Le déclic manquait… ce déclic ils l’ont eu:  devant la montée de tous les racismes (islamophobie, antisémitisme, xénophobie…), ils ont décidé de passer à l’action et de créer la structure qui leur permettra ainsi que le définit leur charte de «privilégier les ressemblances qui rassemblent», leur nom résume à la perfection ce slogan: «Rassemblance».

Actifs dans leur quartier ils le sont déjà et ont participé il y a quelques semaines à l’action «Selfie-No’Zbel» initiée par le label «Morocco l’Ghedd» qui regroupe à ce jour 10 associations de jeunes au Maroc, et qu’ils ont rejoint.

Actifs dans le domaine de la diversité ils le sont également puisqu’ils ont lancé une campagne d’adhésion en direction de la jeunesse franco-marocaine -jeunes musulmans et jeunes juifs- mais aussi en direction des jeunes français «de souche» ou d’origines multiples. La culture, le vivre-ensemble, la solidarité, le partage, la lutte contre le racisme… sont les principaux domaines dans lesquels ils comptent s’investir sans rien négliger de la citoyenneté, du civisme -notamment au sein de leur quartier- mais aussi dans le renforcement des liens avec le pays d’origine le Maroc. Ils ont d’ailleurs en tête un projet de «Festival de la Rassemblance» dont la culture métisse sera le fil conducteur…

A leur tête le jeune Samir Lebcher, charismatique et engagé,  fils d’une figure emblématique du quartier qui depuis des décennies tient le «kiosque de Barbès», Samir a su créer une dynamique et toute une jeunesse le suit, s’engouffrant dans l’engagement associatif avec enthousiasme. Ce jeudi 7 mars ils m’avaient donc invité à venir présenter mon nouveau livre «Des jeunes, des cris» qui donne la parole à de jeunes marocains du Royaume et à de jeunes franco-marocains de différentes villes de France. Le cadre de cette rencontre était enchanteur et inscrit dans le patrimoine parisien puisqu’il s’agissait du cinéma Louxor -magnifiquement rénové- au croisement des 18ème et 10ème arrondissements.

L’émotion était au rendez-vous puisque enfant de la Goutte d’Or, j’y retrouvais tous mes souvenirs : le début de mon engagement au sein de la fameuse Marche des Beurs ; mon expérience sur les ondes de Radio Soleil où j’animais 2 émissions «Le vent de la zone » pour la jeunesse et «Du soleil à travers les barreaux» pour les jeunes détenus ; ma rencontre avec Lionel Jospin alors député de l’arrondissement qui fut -des années plus tard- le conseiller de Martine Aubry puis d’Elisabeth Guigou.… bref toute une partie de ma vie.

La salle du Louxor était pleine : leaders associatifs, journalistes, habitants, militants… mêlés dans une belle diversité de générations, d’origines, de religions (Marocains musulmans et juifs étaient là en frères), et puis les amis Hasna, Said, Najat, Hamza, Smain, Abdelkhalek, Michel… Mustapha Laabid -député et président du Groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée nous avait d’ailleurs fait la belle surprise de sa présence- étaient venus nombreux ; autre source de satisfaction, la présence de ces «Français de souche» (selon le terme obsolète dont on les nomme) qui ont eux aussi les combats du vivre-ensemble et de la jeunesse chevillés au cœur. Deux belles heures volées au temps, heures de rencontre, de dialogue, de partage, de promesses d’agir en commun… les projets ne manquent pas et les mois à venir seront riches !

D’ores et déjà un rendez-vous est pris: le samedi 23 mars pour une initiative appelée «Terrasses en Scènes» menée par le Label Moroccol’Ghedd, qui regroupe dix associations de jeunes de Marrakech à Barbès, en passant par Oujda, Casa, Essaouira, El Hajeb, Mohammedia, Fès, Berkane… pour que vive la jeunesse, pour que triomphe le vivre-ensemble et la fraternité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *