Point de vue : Se libérer des carcans que sont les faux tabous

Point de vue : Se libérer des carcans que sont les faux tabous

Nous avons la (très) fâcheuse habitude de confondre valeurs et tabous, règles de vie et carcans, et surtout de les imposer à notre jeunesse -alors que nous adultes (pas tous Dieu merci, et d’ailleurs curieusement il s’agit surtout de «politiques») nous sommes bien souvent adeptes du «Fais ce que je dis, mais pas ce que je fais» !

Je n’aurais pas la cruauté de citer tous ceux qui utilisent (de façon indue) la religion pour imposer ces carcans à notre jeunesse alors qu’eux-mêmes ne se privent pas pour vivre à leur guise : dernier exemple en date : «prêcher le port du voile» ici et s’éclater cheveux au vent ailleurs (ce que je ne saurai reprocher d’ailleurs). Or notre jeunesse est précisément – en ce moment même –  en train de se secouer et secouer tous ces carcans que l’on tente de lui imposer, si nous sommes passés par une période de sorte de chape de plomb (les paralysant, en quelque sorte), nous assistons depuis quelques mois à une prise de conscience de ces jeunes qui réalisent que l’on a cherché à les prendre en otage, au nom de (fausses) valeurs qui n’étaient en fait que des prétextes.

Oh j’imagine déjà très bien les cris (faussement) indignés que cette tribune suscitera chez certains : «il» incite à la débauche, «il» fait fi de nos spécificités culturelles, cultuelles, «il» …/…or c’est exactement le contraire : en aidant notre jeunesse à sortir de schémas inventés et éculés j’essaie précisément de la ramener à nos vraies valeurs de vie, qu’elles soient cultuelles, culturelles et/ou sociétales. Je dis à nos jeunes soyez engagés, honnêtes, respectueux d’autrui, citoyens, soyez ouverts, prenez ce qu’il y a de bon dans d’autres cultures, d’autres civilisations sans rien renier de ce qui fait notre richesse, de ce que sont nos spécificités et nos propres valeurs… vivez votre jeunesse sans tomber dans les excès, dans la dignité et le respect mais sans non plus vous contraindre à des interdits inutiles et inventés par d’aucuns (qui bien sûr ne se les imposent pas à eux-mêmes) qui vous priveraient de votre joie de vivre, de votre épanouissement personnel.

Aimer danser, écouter de la musique, pratiquer sports et loisirs, avoir des ami(e)s, n’est nullement incompatible avec étudier, se former, travailler, œuvrer pour le bien commun… bien au contraire, et ne saurait vous être reproché au nom d’une morale psycho-rigide que ne préconisent ni notre religion ni nos traditions. Les générations qui vous ont précédés peuvent en témoigner, elles qui ont connu des périodes autrement plus difficiles en termes de conditions de vie et qui pourtant savaient ce que signifiait joie de vivre. De plus parler sexualité avec ses proches, donner son point de vue en famille, revendiquer son droit à un avis différent, résister au poids écrasant du regard du voisinage, choisir son propre look, revendiquer la mixité, vouloir dépasser la paralysie qu’impose trop souvent le sacro-saint «Hachouma», dire «je t’aime» à sa mère, à son père, à celui -celle- pour qui l’on éprouve ce sentiment… bref tout ce qui fait notre vie au quotidien n’est nullement une hérésie et ne fait pas de nos jeunes des OVNIS, ou des copieurs de valeurs importées, à l’inverse cela en fait des ados responsables qui feront des adultes épanouis…

La foi, la spiritualité ne sont pas des carcans, en plus d’être du domaine de l’intime elles sont au contraire, également, des remparts contre les dérives et nullement des espaces privatifs de liberté et de libre arbitre. Elles vous responsabilisent contrairement à ceux qui aimeraient les utiliser pour vous infantiliser, les valeurs que l’on vous transmet doivent être des valeurs qui vous grandissent, qui vous aident à vous dépasser, à vivre votre vie. Aujourd’hui c’est tout ce qui fait le bonheur de vivre que certains cherchent à éteindre, en vous coupant de tout ce qui est «amour» quelle qu’en soit la forme, nous vous déshumanisons…ce qui d’ailleurs explique tant de nos maux actuels.  Comment – si l’on ne s’aime pas soi-même, si l’on n’aime pas l’autre – pourrait-on précisément savoir ce que sont les valeurs, ce qu’est «vivre-ensemble», contrairement à ce que l’on voudrait vous faire croire, aimer la vie, vivre sa vie ne signifie pas sombrer dans la débauche ou «le vice», cela signifie tout simplement savoir vivre à bon escient ce temps qui nous est offert sur cette terre…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *