Portrait de jeune leader

Portrait de jeune leader

Régulièrement je me fais ici l’écho de mes rencontres sur le terrain, avec de jeunes leaders qui – si nous leur en donnons la possibilité et les moyens – ont toutes les qualités pour émerger et réussir de belles choses grâce à leur engagement et leurs compétences. Je voudrais cette semaine vous parler d’un jeune de la ville d’Essaouira qui m’a marqué par sa capacité à mobiliser derrière lui et sa détermination à atteindre les objectifs qu’il s’est fixés malgré les obstacles. Ce jeune s’appelle Soufiane Badid, il a 26 ans, c’est lui –qui avec une petite équipe de jeunes – a porté l’initiative de la rencontre entre jeunes espoirs du Wydad et jeunes d’Essaouira lors de la commémoration du 40ème jour du décès des 4 jeunes supporters souiris dans un tragique accident de voiture. Alors «électron libre», membre d’aucune structure, il a su faire preuve de beaucoup d’endurance, de volonté, de résistance aux pressions de toutes sortes, pour réussir ce challenge à la mémoire, et pour les familles de ses 4 amis. C’est à l’occasion de la préparation de cette initiative qui a marqué les esprits des Souiris que je l’ai rencontré et que j’ai vu en lui un jeune leader potentiel. A ce moment-là le convaincre de s’engager dans le mouvement associatif n’était pas chose aisée, d’une méfiance instinctive vis-à-vis de tout ce qui était politique ou associatif (parce que – à l’image de beaucoup de jeunes – trop souvent trompé, trop souvent déçu par les promesses non tenues, par toutes les mesquineries, trop souvent en butte aux mensonges, il avait fini par se persuader que tout ce qui était engagement était malsain), le premier déclic a été pour lui une rencontre avec André Azoulay pour une discussion sans langue de bois et porteuse de perspectives et de messages positifs…. Petit à petit, l’idée que l’engagement était noble, l’idée de se mettre au service de la population de sa ville, l’idée de regrouper les forces vives de cette jeunesse au sein d’une structure honnête se sont imposées à lui…Aujourd’hui, il a jeté toutes ses forces dans la création d’une association baptisée Vent Nouveau – ce qui pour la ville des Alizés est riche de sens – et entouré d’une équipe d’une douzaine de jeunes de sa génération : Achraf, Simo, Tayeb, Mohamed, Jaouad, Lhabib, Lahcen, Mariame, Saloua, Oumaïma, il est en train de bâtir les fondations d’un mouvement de jeunes dans sa ville.

Des personnes de bonne volonté d’ Essaouira ont d’ailleurs aussitôt choisi de le soutenir. Ainsi Tarik Ottmani jeune président de l’association Essaouira Mogador, et A. Azoulay,  président-fondateur – lui ont proposé une formation au travail associatif, au travail d’équipe, au sein de Dar Souiri ; Larbi Safaa, professeur à l’ESTE lui prodigue ses conseils et son aide et personnellement je me suis engagé à ses côtés pour le faire bénéficier de mon expérience… Ainsi soutenu, lui et son équipe, ont d’ores et déjà rencontré un superbe écho sur le terrain et les jeunes Souiris croient en ce vent nouveau…

De nombreux jeunes tels Soufiane existent dans notre pays, ils n’ont besoin que de prendre confiance en eux-mêmes pour émerger, à nous tous d’en comprendre l’impérieuse urgence !
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *