Post-scriptum : culture toute

Post-scriptum : culture toute

Outre l’Appel et la liste des signataires -impressionnante- ce site est une sorte de « caisse de résonance» où réactions, contributions et incitations au débat sont les bienvenu, et il faut dire que les premiers textes publiés sont à la hauteur de la bouffée d’oxygène et l’ouverture que cette initiative apporte. L’état de la culture dans notre pays est il si alarmant ?  Autant la nouvelle génération d’acteurs culturels émerge, autant nos hommes et femmes de culture sont actifs, autant les cultures sont en train de déborder les –trop rares- lieux destinés à cela pour «envahir» d’autres espaces, tels la rue, les sous-sol et d’autres endroits tels les anciens abattoirs de Casablanca, autant les instances en charge de ce domaine, ô combien primordial, sont aux abonnés absents. Un simple exemple montre le paradoxe ambiant , alors que d’un côté émerge un projet innovant et enthousiasmant, je veux parler de l’initiative « Lisons dans le tram » qui vise à instaurer des ateliers de lecture dans le tramway à Rabat – en particulier pour les enfants – la réponse fournie  quant à elle, ressemble à un gag :  l’octroi d’une «subvention» dérisoire ! Alors bien sûr on peut déplorer le budget consacré à la culture dans notre pays qui n’est en aucune façon à la hauteur de l’enjeu mais tout ne serait-il qu’une question d’argent ? Prenons le pari que non ! Le Maroc est un pays de culture, et contrairement à ce que l’on entend trop souvent d’ailleurs, les Marocains sont épris de culture, il suffit pour s’en rendre compte de voir l’affluence lors des débats organisés, lors des différents Salons du livre et le succès des diverses manifestations culturelles lorsqu’elles sont abordables au «grand public»… La culture est ce qui nous sépare de «la barbarie» et elle est ce qui –parallèlement à l’éducation- construit l’âme des Hommes, notre jeunesse est «en quête» et elle est en droit de trouver où s’abreuver. Alors oui Abdellatif Laâbi a raison, il est bel et bien question d’un «pacte national» car la culture est partie intégrante du projet de société que l’on veut construire et mérite toute sa place, au même titre que le social, au même titre que l’économie, car elle ne relève pas du «superflu» mais bel et bien du «vital».
La belle énergie de nos talents, le rayonnement de nos compatriotes à l’étranger tels Fouad Laroui et Abdellah Taia, la qualité et la renommée de notre Bibliothèque nationale qui a su faire en sorte que la population et en particulier la jeunesse se l’approprie, «l’explosion» des cultures urbaines, des arts de la rue, l’émergence d’une foultitude de nouveaux acteurs culturels…sont autant de signes de la vitalité de notre culture. Faut-il donc parler de la nécessité d’une politique culturelle ? Peut-être… si cela signifie synergie, libération des énergies, accompagnement, souffle, appui, encouragement, ouverture, moyens… «Culture toute» est une plate-forme où toutes nos propositions de modalités d’actions sont les bienvenues…allon-y !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *