Post-scriptum : Droits et devoirs… des jeunes

Incivilités, incivisme, irrespect… ces maux ne sont pas l’apanage de la jeunesse mais au moins quand il s’agit des jeunes peut-on espérer changer la donne, par l’éducation, la pédagogie, l’exemple. La première phase -me semble-t-il- passe par la connaissance, par chacun, de ses droits et devoirs. Or s’il est courant de faire valoir ses droits, reconnaissons qu’il est plus rare de se rappeler à ses devoirs.
Les associations de jeunes ont un rôle important à jouer en la matière, d’autant plus que parents et enseignants semblent souvent dépassés en la matière et que l’encadrement que l’on pourrait attendre de la classe politique, fait défaut. Toujours est-il que la semaine dernière les jeunes du Derb Soltane, regroupés au sein de l’association « Avenir jeunesse » -membre du réseau Maillage- ont donné l’exemple en organisant un débat public sur «Jeunesse, loisirs et citoyenneté».
Les intervenants choisis par les jeunes eux-mêmes étaient tous de grande qualité mais la grande nouveauté était la présence du gouverneur Aziz Dadès , non pas pour un rôle symbolique mais bel et bien pour une implication réelle. Le gouverneur s’est ainsi employé, dans le rôle qui est le sien, à donner non pas des recettes, mais des conseils, des orientations et à donner un sens concret au concept de proximité Autorité-Citoyens.
Les jeunes ne s’y sont pas trompés qui en ont redemandé : ainsi après le débat qu’avait organisé l’association «Jil Jadid » à Moulay Rachid sur le thème du sida, les autres associations de jeunes de Maillage ont choisi de lancer un cycle de débats auteur des « Droits et devoirs de la jeunesse».
Les prochains thèmes choisis seront : «La jeunesse et la drogue» ; «Quel rôle pour la police de proximité ?». «Les jeunes et l’immigration clandestine».
Ainsi ont été créés les «Rendez-vous de Derb Soltane» qui permettront –un vendredi par mois- aux jeunes, de bénéficer de l’infrastructure du Centre social Omar Bnou El Khattab pour discuter en toute liberté des thèmes qui leur tiennent à cœur. Parmi les interlocuteurs sollicités prioritairement par les jeunes, figurent Mohamed El Gahs. ministre en charge de la Jeunesse, des sportifs tels Bassir, Zaki, des médecins, des enseignants, des journalistes, mais aussi des responsables de la police, des responsables politiques… bref tout un programme de thèmes très concrets dont les jeunes souhaitent voir débattre pour apprendre, dialoguer, faire valoir leur point de vue… non pas dans les salons d’hôtels mais au cœur des quartiers populaires. La chaîne éducative qui vient de voir le jour, pourrait à ce titre être un partenaire privilégié afin de populariser ces débats et permettre à un maximum de jeunes d’en bénéficier.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *