Post-scriptum : Enfin une hirondelle dans ce «printemps arabe»

Si l’on peut parler de printemps c’est au Maroc qu’il est légitime de le faire, d’autant plus que le printemps précède l’été. Pourquoi ne pas reconnaître que c’est grâce à l’intelligence du Souverain  et à la mesure du peuple que nous sommes en train d’avancer là où tant d’autres stagnent ou reculent ? Quel mérite y a-t-il à s’entêter à le nier, quelle gloire y a-t-il à faire dans la surenchère ? Bien sûr, il y a un quarteron de «généraux sans troupes» le plus souvent installés confortablement à l’étranger qui continuent à régler leurs comptes personnels avec le régime par presse interposée, bien sûr il y a certains membres du «20 Février» qui refusent de voir la réalité en face et s’entêtent à jouer les pyromanes alors que, surfant sur la vague qui les poussait à la date du 20 février, ils auraient pu jouer un rôle «d’éclaireurs» pour la jeunesse, bien sûr il y a les obscurantistes de toute obédience qui pensaient leur «heure venue», n’ayant pas vu que leur horloge était en panne… Mais au-dessus de tout cela il y a l’intérêt supérieur d’un pays, le devenir d’un peuple, et plus de 30 millions de Marocain(e)s  l’ont compris et ont foi et confiance dans leur avenir. ô bien sûr dire cela n’est pas dans «l’air du temps», notamment dans les médias étrangers qui aimeraient tant – pour certains – nous voir sombrer dans l’anarchie, dire cela fait de nous des «baltajis» aux yeux de ceux qui se sont auto-proclamés «détenteurs du changement» et qui savent ce qui est bon pour le peuple mieux que le peuple lui-même, cela fait de nous d’affreux «makhzéniens» quand eux seraient les courageux révolutionnaires !… ce qui d’ailleurs est d’un mépris sans nom, alors qu’eux-mêmes réclament (légitimement) le respect ! Il est temps aujourd’hui d’arrêter de se raconter une légende : demander  tout, tout de suite c’ est précisément ne pas vouloir le changement et refuser de prendre en considération la réalité et la volonté de notre peuple !
Et si donc ceux qui choisissent de procéder par étape, ceux qui ont confiance dans le Souverain pour «tracer la route», bref ceux qui préfèrent la construction à la revendication perpétuelle…étaient réellement les «bâtisseurs» ? Qu’ils retroussent donc leurs manches et viennent  nous rejoindre ces jeunes du 20 Février qui sont sincères, qu’ils viennent «peser de l’intérieur», il est trop facile de «s’exclure» pour ensuite mieux dénoncer l’exclusion dont on se dit victimes !  Ils sont les bienvenus, car je vous avoue que la vidéo qui circule sur Internet et qui montre Oussama El Khlifi malmené, hué, couvert de crachats dans les rues de Rabat vendredi soir et ne devant son salut qu’à l’intervention de la police n’est pas réjouissante !
Alors, un gouvernement et un Parlement responsables, un «chef de gouvernement» aux pouvoirs élargis, un «article 19» qui consacre la séparation des pouvoirs, le libre exercice des cultes, l’égalité hommes-femmes dans tous les domaines, la primauté des conventions internationales signées par notre pays, la langue amazighe officialisée, une justice indépendante, les droits de l’Homme – tels que universellement reconnus- consacrés…l’annonce d’une monarchie constitutionnelle, parlementaire, sociale… un Roi citoyen…, etc. la création d’un Conseil supérieur des langues et cultures, d’un Conseil de la jeunesse et de la vie associative…sont autant d’avancées qui font qu’aujourd’hui le Maroc semble être un phare dans l’océan démonté des pays arabes et les uns après les autres, les pays étrangers saluent la (r)évolution marocaine ! Les étapes sont connues référendum, élections législatives, deux «portes» à franchir pour prendre la route du Maroc nouveau. Aucun(e) d’entre nous ne doit se mettre volontairement «hors-jeu» et principalement la jeunesse, chacun de nos jeunes est une hirondelle et ne peut s’exclure ou se sentir exclu.
Bien des jeunesses, ailleurs, nous observent…et nous envient !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *