Post-scriptum : «jeunes marocains du monde»

Ma participation à un débat sur le rôle des Marocains de l’étranger lors du «Salon des MRE» à Casablanca ce week-end, suivi d’une discussion de deux heures avec un groupe de jeunes de différents quartiers sur le thème «Les jeunes MRE et nous» m’ont amené à la rédaction de ma chronique de cette semaine.
Un constat s’impose et il n’est pas réjouissant: le fossé ne cesse de se creuser entre jeunes Marocains de la diaspora et jeunes Marocains du Royaume. Un fossé d’animosité et de rancune dû -selon moi- à deux raisons principales : la méconnaissance et les «a-priori». Reconnaissons une chose, les jeunes générations de Marocains vivant des deux côtés de la Méditerranée n’ont pratiquement plus d’occasion de rencontre véritable, de dialogue, d’échange. Même plus «en familles». Au mieux, ils côtoient et s’ignorent mutuellement, au pire, ils s’affrontent et s’opposent, du regard et de la voix. Beaucoup de choses ont été dites sur les raisons : frime, provocation d’une part, rancœur voire rancune de l’autre… en tout cas mépris affiché dans tous les sens. Mais, si beaucoup a été dit, rien n’a été entrepris -ou si peu- pour tenter de combler ce fossé. Ce n’est certes pas les sempiternelles ritournelles sur l’envoi de devises, ou ce qui peut apparaître comme une situation de privilégiés des Marocains de l’étranger… qui combleront ce déficit. En la matière, disons le franchement, une communication adéquate fait d’ailleurs défaut et les émissions estivales télévisées célébrant la «Jalia» n’arrangent rien.
Si l’on veut préserver ce patrimoine que les parents, immigrés dans les années 60, ont su transmettre à leurs enfants; si l’on souhaite prolonger le «cordon ombilical» mais surtout si l’on veut que les jeunes générations perpétuent ce lien, alors il nous faut réfléchir et agir. Le dynamisme du mouvement associatif chez les jeunes, tant dans les pays européens qu’ici même au Maroc, nous a poussés -à quelques uns- à entreprendre une action : la création d’une structure «Jeunes Marocains du Monde» réunissant à part égale jeunes de la «Jalia» et jeunes du Royaume, possédant une même sensibilité associative, un même engagement et désireux de «rapprocher les deux jeunesses» pour leur plus grand bien et l’intérêt commun. Meilleure connaissance mutuelle, dialogue réel et permanent -et non pas épisodique et estival- échange d’expériences, de savoir-faire, partenariat et coopération grâce à des activités communes culturelles, sportives et festives certes, mais aussi de développement, de formation, économiques, sociales, civiques… amorceront -nous l’espérons- l’indispensable rapprochement, l’été passé, dès la rentrée «Jeunes Marocains du Monde» «JMM» vous proposeront un programme modeste et ambitieux pour tenter l’enjeu, et le réussir inch’Allah.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *