Post-scriptum : La Fête…

Post-scriptum : La Fête…

«Casablanca fête la musique»… comme chaque année le 21 juin sera l’occasion  pour la métropole de faire chanter ses jeunes talents, ses stars et sa population… bref ses enfants !
Voilà quelque 25 ans que la France a lancé cette manifestation, devenue aujourd’hui internationale; Casablanca -quant à elle- est la ville du Maroc qui célèbre la Fête de la musique avec plus de brio, depuis déjà 6 ans. L’esprit de la fête ! Quel est donc cet esprit de la fête ? La proximité, la gratuité, la spontanéité et la participation du plus grand nombre. La spécificité de la Fête de la musique étant que les enfants de la ville soient tout autant sur la scène que devant la scène. D’ailleurs, Casablanca doit cette manifestation à une vraie collaboration, dénuée de tout intérêt financier, entre le CRT (Conseil régional du tourisme), la wilaya, la ville et les associations de jeunes des quartiers populaires du réseau Maillage… et si aujourd’hui la Fête de la musique casablancaise a acquis une réelle notoriété -concrétisée à présent par un partenariat avec Wana et Motorola- c’est aussi parce qu’elle a su devenir la propriété des Casablancais, en surmontant les épreuves comme celles des attentats du 16 Mai 2003. Pour rendre aussi à César ce qui lui appartient, la pérennité de la Fête doit beaucoup à l’opiniâtreté du directeur du CRT, Saïd Mouhid, qui depuis le début a fait le pari de la jeunesse et de l’implication totale de celle-ci, depuis la réalisation de l’affiche jusqu’à la présence sur scène.
Cette année, une innovation vient pimenter la 6ème édition; 3 «scènes» se succèderont en vérité sur chacune des 6 scènes dispatchées à travers la ville : la première consacrée aux jeunes artistes en herbe -venus de tous les coins de la ville et de plus en plus nombreux à postuler chaque année; la seconde verra, quant à elle, se produire des artistes ayant déjà réussi à se faire un nom et sur la voie du succès, la troisième étant réservée à nos stars. Mais la Fête n’est complète, ne peut être complète que si le public y est pleinement associé, car après tout, c’est de lui que dépend l’ambiance festive: l’atout ici est donc la «déconcentration» , la proximité, puisque ce sont les quartiers qui feront la Fête :  à Sidi Bernoussi, à Hay Mohammadi, à Moulay Rachid, à Hay Hassani, à Derb Soltane et sur la place Mohammed V.
Alors le 21 juin -jour le plus long de l’année, soyons nombreux à faire la fête dans les rues de Casablanca, c’est aussi une belle réponse à apporter aux moments difficiles que nous avons traversés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *