Post-scriptum : le «challenge» du Maroc

La semaine dernière avait lieu à Ouarzazate une rencontre d’un genre nouveau au Maroc : le rassemblement d’une multitude de militants associatifs ne s’étant pas cooptés les uns, les autres mais ayant été invités à débattre entre eux en tant que force de propositions. Et effectivement ce fut le cas; un mélange détonant et étonnant de femmes et d’hommes convaincus, défendant avec foi une cause : qui les oasis, qui la cause des femmes, qui l’agriculture, qui la jeunesse… mais toutes et tous animés d’une même volonté, leur contribution au développement du Maroc. Hormis les organismes de microcrédits -à vocation nationale- les associations présentes étaient toutes des associations locales, sans gros budgets mais agissant concrètement sur le terrain. Et le résultat fut au rendez-vous : mené avec une grande maîtrise courtoise par Si Ahmed Ghazali et accompagné par la petite -mais talentueuse- équipe de l’INDH menée par Si Aziz Dadès, le débat s’avéra passionnant, riche, âpre, parfois «chaud» mais toujours constructif. Quelque 200 intervenants purent s’exprimer en totale liberté et contribuer à l’enrichissement des propositions faites au «Millenium Challenge Corporation». D’ailleurs tous ces militans de terrain étaient conscients de l’enjeu, qui transcendait les causes «personnelles» : durant les 2 jours tous furent ponctuels aux différents rendez-vous et personne ne s’y comporta en «touriste». Les femmes y furent particulièrement brillantes, à titre d’exemple les interventions de Aziza Aouad, de Aïcha Chenna furent très applaudies, des hommes de conviction tels Rachid Lemrabet, Najib Guedira s’illustrèrent : en un mot on assista à un grand moment de démocratie directe. Peut-être faut-il juste regretter le compte-rendu qui put en être fait dans 1 ou 2 médias dont les correspondants avaient dû «manquer le rendez-vous» mais en tout cas, les militants associatifs (terme que je trouve infinement plus juste que les mots de «société civile» trop élitistes) surent montrer qu’ils représentaient, au Maroc, une réelle force de propositions. Le gouvernement et le mouvement associatif ainsi que l’équipe INDH et les journalistes furent ainsi très complémentaires – chacun dans son rôle. La balle est, à présent, dans le camp du «Millenium Challenge Corporation» qui rendra très bientôt son avis : soyons confiants car l’on connaît le sérieux et la déontologie de cet organisme et soyons également disponibles pour accompagner activement, honnêtement, concrètement les grands chantiers qui ont été proposés et retenus tels la préservation des oasis, le développement humain, l’auto-emploi, l’insertion des personnes handicapées, l’insertion sociale des femmes… Le «Challenge» de toute une nation !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *