Post-scriptum : Les (cruels) paradoxes du «20 Février»

Post-scriptum : Les (cruels) paradoxes du «20 Février»

Si oui, en refusant de se rendre à l’invitation de la Commission, ils se sont d’eux-mêmes mis hors-jeu et ont refusé précisément de faire entendre leur voix. Est-ce à la voix de la jeunesse marocaine qu’ils font allusion, bien malin est celui qui pourrait exprimer cette voix ! Les «20 Février» pas plus que d’autres ! Il suffit de voir leur peu d’impact, leur manque de représentativité au cœur des quartiers, et en vérité leur manque de communion avec les attentes profondes de la jeunesse notamment lorsque sur facebook ou dans la rue apparaissent leur slogan «Pour l’instauration d’une république au Maroc», revendication en total déphasage avec les aspirations de la jeunesse marocaine. Pour preuve la marée humaine qui s’est répandue dans les rues de toutes les villes après la victoire sur l’Algérie lors du match du 4 juin et la vision de ces millions de jeunes, un drapeau à la main criant «Allah, Al Watan, Al Malik»… Autre paradoxe, la demande de «liberté d’expression» qu’ils revendiquent, à juste titre, haut et fort, et…qu’ils refusent systématiquement à toute personne exprimant un désaccord avec eux et qu’ils dénient aux journalistes dès lors que ceux-ci écrivent des articles n’ayant pas l’heur de leur plaire ! Ou bien qu’ils nous disent franchement que la liberté d’expression qu’ils revendiquent n’est applicable que pour eux… Paradoxe toujours, leur demande de transparence dans les comptes publics, revendication légitime s’il en est ! En la matière pour être crédible il faut soi-même être irréprochable, voire donner l’exemple, ce qui est bien loin d’être le cas concernant ce mouvement. N’étant ni une association, ni une fédération, ni un parti, ni une organisation déclarée, ils ne tiennent ni ne publient aucun compte, nul ne sait qui les finances et leurs réponses à toutes les questions sur ce sujet restent totalement floues. Encore et toujours des paradoxes lorsqu’ils accusent les mouvements de jeunes qui s’opposent à eux d’être manipulés, voire créés par le «makhzen» mais que dans un même temps ils s’estiment calomniés lorsqu’ils sont eux-mêmes  accusés d’être instrumentalisés par les adlistes ou l’extrême gauche. «Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas que l’on te fasse…», dit un vieux dicton populaire. Que dire de ce paradoxe qui fait qu’ ils «s’invitent» dans une initiative privée telle que le SMAP à Paris, qu’ils le perturbent par une pagaille sans queue ni tête et, pire, qu’ils appellent purement et simplement à son «boycott»  et espèrent être crédibles dans leur demande de liberté ? Quand eux-mêmes –comme au SMAP- se comportent d’une façon qui bafoue toutes les règles de respect tant envers les exposants et les organisateurs qu’envers le public et qu’en parallèle ils appellent à la dignité ? Paradoxes enfin quand ils réclament  la liberté de pensée et se révèlent d’un sectarisme effrayant et adeptes de la pensée unique –la leur – ou quand ils demandent à être entendus et se montrent sourds à tout débat…etc…etc
Une seule chronique ne suffirait pas à montrer toutes les erreurs de jugement, de choix, de stratégie qui  font que d’une initiative prometteuse nous sommes passés à un mouvement impopulaire vecteur de désordres, j’ai pour habitude de toujours faire confiance aux jeunes, de penser que leurs erreurs sont naturelles, formatrices, d’affirmer que c’est aux adultes de «faire le pas», qu’il faut tout faire – en assumant les risques que cela génère pour qu’ils soient leurs propres paroles, les acteurs et décideurs de leur propre vie, en intégrant l’inévitable «inexpérience» qui est la leur. Malgré les déboires, les dérapages, les «ingratitudes», les revers…auxquels on s’expose par une telle stratégie, il faut toujours parier sur la jeunesse !  Pourquoi donc les «20 Février» ont-ils choisi un positionnement qui a mis les tenants de cette ligne de conduite en total porte-à-faux ? Seul l’avenir et la «distance» nous en donneront –peut être- les clés…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *