Post-scriptum : l’honneur de Zizou!

On l’avait déifié, contre son grè ! Car s’il acceptait d’être un «Dieu du stade», Zinedine Zidane n’a jamis accepté -dans la vraie vie- de devenir une icône à idolâtrer. Au contraire, il s’est toujours efforcé d’être un homme -dans la pleine acception du terme- c’est-à-dire un enfant d’immigré, grandi à Marseille, devenu l’un des meilleurs footballeurs du monde grâce à son talent certes, mais aussi beaucoup de travail et de sacrifices. A longueur de tribunes, dans les journaux, à longueur d’émissions télévisées… on l’a encensé, pour ensuite le «démolir» lorsqu’il semblait être en moins bonne forme sur le terrain. Tout cela était démesuré ! Tout comme est complètement indécent cet excès d’indignité dans lequel on l’enroule aujourd’hui.
Qu’a donc fait Zizou ? Il a tout simplement répondu par un «coup de boule» à des insultes qui le touchaient en plus profond de lui : ses origines, sa famille, sa dignité, son honneur ! Oubliant les milliards de téléspectateurs, l’enjeu d’une finale de Coupe du monde, négligeant la légende dans laquelle  on voulait le faire entrer -voire l’enterrer- vivant, il a réagi pour défendre ce qui avait-pour lui- bien plus de valeur que tout cela : son honneur !
Le comble, c’est que dans un monde de violence, tel que le nôtre, on en veut à un joueur de foot d’avoir eu une réaction «violente». Vraiment trop facile pour tous ces journalistes, ces «psys» à la petite semaine, ces commentateurs, ces «faiseurs d’opinions»… qui dans leur quotidien doivent être prêts à tuer leur prochain pour une place de parking ! On prend aussi les jeunes, les enfants, les supporters de foot… pour des démesurés en affirmant que le «coup de boule» de Zizou aura sur eux une influence «dramatique»… arrêtons le délire ! Je suis au contraire persuadé que tous ces jeunes savent parfaitement faire la part des choses. D’ailleurs, nombre d’enfants d’immigrés, tant de jeunes issus de l’immigration… ont eux même connu ce genre d’insultes racistes, pour ne pas comprendre aujourd’hui le geste de Zizou. Pour bien te connaître Zinedine, je sais la conscience que tu as du rôle, du symbole que tu représentes : tes excuses envers les jeunes étaient celles d’un cœur noble, ton absence de regret est celle d’un juste qui ne peut accepter de se voir bafouer. Alors, cher Zizou, je voudrais au contraire de tous ces «donneurs  de leçons», te dire dire «merci» ! Merci d’être ce que tu es; merci d’être resté un être humain, toi que l’on voulait déifié; merci d’avoir negligé tous les enjeux (y compris financiers) pour laver l’affront qui te touchait -au premier chef certes- mais par ricochet insultait des millions d’autres; merci d’être un chevalier des temps modernes dans ce que cela signifie de noblesse, de sens de l’honneur, de valeurs…
Ton «coup de boule» avait une autre signification que tes fabuleux coups de tête dans un ballon.
Sois sûr d’une chose, nous sommes infinement plus nombreux que ceux qui, aujourd’hui, te trainent dans l’opprobre, nous tous qui t’aimons pour ce que tu es.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *