Post-scriptum : matquich bladi

Le ventre de la bête immonde est encore fécond et continue d’enfanter des semeurs de haine, semeurs de mort…
Nul pays au monde n’est à l’abri et Casablanca a payé un lourd tribut au terrorisme le 16 mai 2003. Nous sommes -cette fois-ci- passés tout près d’un nouveau drame, les semeurs de désolation voulant faire du Royaume un terrain de leur «Jihad». Nous devons une fière chandelle à nos «services» et forces de l’ordre!
La bête immonde est loin d’être terrassée et je me souviens -à mon très modeste niveau- avoir plusieurs fois lancé des s.o.s dans cette tribune, demandant à ce que l’on crée un cordon de sécurité autour de notre jeunesse pour la prémunir de ce fléau. Malheureusement, nos intellectuels, notre élite politique, notre «société civile» ont depuis bien longtemps perdu le chemin de nos quartiers populaires et bidonvilles. Les «champions de l’embrigadement», malheureusement, labourent inlassablement les esprits de nos jeunes. Pire, aujourd’hui certains discours d’intolérance et d’incitation à la haine de l’autre sont devenus «politiquement corrects» et largement relayés. Comment vouloir que dans ces conditions, nos jeunes en sortent indemnes ?
D’ailleurs, et c’est effrayant, on cherche en vain les réactions -après les arrestations actuelles- de nos «faiseurs d’opinions», pourtant c’est le «bon moment» pour parler à nos jeunes, dialoguer, expliquer, faire preuve de pédagogie  et ne pas les laisser seuls face à leurs interrogations et leurs incompréhensions. Pour avoir participé, ces derniers jours, à bien des discussions avec eux à Casablanca, à Salé, à Rabat… j’ai à nouveau pu mesurer leur degré d’attente. D’ailleurs, ces jeunes étonnent souvent par leur maturité : ainsi ce samedi, les jeunes cadres associatifs des quartiers de Rabat, Salé, Témara organisaient un match de football avec une équipe composée de l’ambassadeur des Etats-Unis et ses collaborateurs. Ce tournoi sportif avait été décidé par les jeunes de Maillage il y a plusieurs semaines et la situation internationale aurait pu décourager les deux parties. Au contraire, ils décidèrent d’un commun accord, d’en faire un «Match pour la paix». Le sport au service de la paix ! Un geste certes symbolique mais riche d’enseignements. Ne pas demander la paix par la violence mais mettre à son service la jeunesse, le sport et ses valeurs : fraternité, amitié, tolérance et respect de l’autre. Beau moment que cette matinée où interventions des jeunes et de l’ambassadeur allaient toutes dans le sens d’un «monde de paix», où échange de maillots et fair-play entre jeunes Marocains des quartiers et jeunes de l’équipe menée par l’ambassadeur lui-même, montraient, s’il en était besoin, que ce match bien anodin lors de sa conception, pouvait devenir un beau symbole. Nos jeunes lorsqu’on leur donne la possibilité se révèlent eux aussi de merveilleux ambassadeurs, de notre pays, de nos valeurs. Encore faut-il leur en donner l’occasion et œuvrer à leurs côtés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *