Post-scriptum : «mouja jdida»

Nouvelle Vague ! A lui seul ce nom est tout un programme… c’est en tout cas celui choisi par un groupe d’une vingtaine de jeunes de Benslimane pour être l’identité de leur association. Lassés du manque de prise en compte de leurs espoirs, leurs attentes, leurs idées, leurs propositions… par les associations de la région, ces jeunes ont décidé de retrousser leurs manches et de faire le saut de l’engagement associatif.
L’histoire mérite d’être racontée car typique des nouveaux moyens de communication et des nouvelles façons de ces jeunes de s’investir. Le jeune Nordine, leader de «Nouvelle Vague», adepte d’Internet, est entré en contact –via le «chat»– avec un jeune militant associatif de l’association «Bonanza» œuvrant au quartier Hay Lalla Meryem à Casablanca.
C’est cet échange de plusieurs semaines qui a levé les obstacles, les tabous, les réticences qui pouvaient freiner les jeunes de Benslimane. C’est ainsi que la semaine dernière, une réunion rassemblant jeunes de Benslimane et jeunes de Casablanca a été organisée dans un quartier de la ville pour échanger expériences, idées, programme…
De tout cela est née «Mouja Jdida» !
Encouragement supplémentaire pour ces jeunes, le gouverneur de Benslimane –nouvellement nommé et habitué à la pratique associative– contacté par ces jeunes s’est montré particulièrement ouvert à ces derniers  et a proposé de les recevoir rapidement pour les épauler. Bien souvent les jeunes se plaignent des lenteurs administratives, l’occasion est belle ici de montrer le nouvel état d’esprit qui permet d’unir jeunes et autorité sur le terrain. Soucieux de passer de la parole aux actes, sans attendre, ces jeunes se sont lancés aussitôt dans une vaste opération de propreté de leur quartier : «Caïd Amor» à Hay Zaouia. Leur énergie a étonné les habitants de leur cité mais les a littéralement «boostés».
Je ne cesserai de le répéter –encore et encore– quitte à vider l’encre de tous mes stylos et me casser la voix, les jeunes comme ceux de «Mouja Jdida» à Benslimane sont des milliers dans notre pays à n’avoir que l’envie de s’investir, de s’engager, de croire en leurs propres possibilités… mais combien sommes-nous à leur en donner l’occasion, leur tendre la main, les accompagner… Pas assez en tout cas car nombre de nos jeunes sont en déshérence : les dernières arrestations à Sidi Bernoussi nous montrent à quel point la jeunesse est une proie pour les fabricants de terroristes. Or, il nous faut ouvrir à nos jeunes la voie de leur propre développement, celle de la délinquance, la drogue d’un côté et celle de l’embrigadement et de la violence de l’autre côté étant des voies sans issue pour ces jeunes et des voies de destruction pour notre société.
Ces jeunes de Benslimane «y croient», ils viennent de s’engager sur la difficile mais enrichissante voie du travail associatif, puissions-nous être présents –moralement et matériellement– à leurs côtés pour que d’autres suivent leur exemple. Puisse la «Nouvelle Vague» être puissante !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *