Post-scriptum : Politiques : Entendez ce silence…

Post-scriptum : Politiques : Entendez ce silence…

Politiques : entendez ce silence assourdissant qui monte de la jeunesse ! Cette  jeunesse qui représente 60% de notre population, cette jeunesse qui incarne l’avenir, cette jeunesse dont les urnes devraient refléter l’espoir, mais cette jeunesse qui justement reste « sans voix» face à l’incapacité de notre classe politique à l’intéresser, la motiver, lui redonner confiance. Dans deux mois – jour pour jour – un scrutin ô combien important pour la vie de nos cités va se jouer, il ne peut se jouer sans ceux qui sont parmi les premiers concernés par cet enjeu, au sein des quartiers, au cœur des communes… nos jeunes ! Jeter le discrédit sur l’ensemble du monde politique, sur l’ensemble des élus, ne rime à rien et serait contre-productif, pourtant force est de reconnaître que le discrédit vient bien souvent de leurs propres rangs. Aujourd’hui, tout le monde a pris conscience du désintérêt de la population en général et de la jeunesse en particulier, pour les élections ; il s’agit – et c’est un travail gigantesque – de restaurer la confiance, de redonner du crédit, de redonner ses lettres de noblesse à la politique ; la vraie, pas la politicienne. Cela passe par des programmes crédibles, des engagements fermes de la part des candidats, cela passe par le respect d’une déontologie… cela passe- pour les élus – par des promesses tenues, des comptes-rendus réguliers devant les électeurs, des réunions de concentration avec la population… En face, du côté de la jeunesse, cela passe par la sensibilisation ; l’éducation au civisme, à la citoyenneté ; l’abandon d’un certain «  je m’en foutisme» ou d’une attitude de radicalité.
Ce carcan de défiance ne se brisera pas seul : la société civile, les intellectuels, les médias.. ont leur rôle à jouer, même si bien sûr la responsabilité première – de l’indispensable retour de confiance qui permettra aux citoyens (nes) de (re)trouver le chemin des urnes – revient aux politiques eux-mêmes.
Certains mouvements de jeunesse, certains ONG ou médias s’efforcent aujourd’hui de remplir ce rôle et au premier rang d’entre eux il convient de saluer l’initiative de «Hit Radio», véritable antenne de la jeunesse, qui a lancé l’opération «Ta voix, Ton Vote, Ta Victoire».
Un certain nombre d’artistes représentatifs de la nouvelle scène marocaine ont enregistré le clip «Nodo Tsaouto» qui incite les jeunes à prendre part au vote et une «caravane» s’efforce, de ville en ville, de sensibiliser la jeunesse.
Ce message s’adresse certes aux jeunes générations du Royaume, mais envoie également aux politiques un signal: le silence actuel de la jeunesse risque – si vous ne réagissez pas – de nous laisser tous «sans voix» au jour du 12 juin…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *