Post-scriptum : Réhabiliter la politique

Post-scriptum : Réhabiliter la politique

Impérieuse nécessité s’il en est, la réhabilitation de la politique n’est pas chose aisée : les partis politiques en sont certes les premiers comptables mais la responsabilité nous revient en partage. Au Maroc, inlassablement SM le Roi a lancé les signaux en ce sens et il faut reconnaître que les choses ont progressé : partis politiques présentant de vrais programmes, campagnes d’inscriptions sur les listes électorales, transparence et honnêteté revendiquées, implication du mouvement associatif, sanctions en cas de dérapage, annonce d’observateurs lors des élections… bref un réel cadrage pour des conditions optimales. Pourtant ce sont deux évènements -sans liens l’un avec l’autre – qui me paraissent annonciateurs de profondes transformations : le premier est le départ de son poste de ministre délégué à l’Intérieur pour se présenter aux élections législatives de Fouad Ali El Himma.Oublions les spéculations des uns et des autres pour ne s’attacher qu’aux faits : il est extrêmement rare qu’un ministre en exercice ne profite pas des avantages de sa fonction pour faire sa campagne (l’exemple  de Sarkozy n’est pas le moindre), c’est pourquoi l’acte de Fouad Ali El Himma est un signal fort : il redevient un citoyen comme un autre pour se présenter aux suffrages des électeurs, sur un pied d’égalité. Autre enseignement, le fait qu’un haut-commis de l’Etat se replonge au cœur de la politique – à la case départ- doit nous inciter tous à reconsidérer l’action politique et à œuvrer à sa réhabilitation. Ce geste doit être appréhendé dans tout son «panache», il participe à redonner à la politique tout son sens et sa valeur : au contact et au service de la population !
Deuxième événement réconfortant dans ce qu’il sous-tend, «l’alliance politique» qui s’est constituée contre l’extrémisme : que 5 partis s’unissent sur une plate-forme commune pour «faire front» me semble d’une portée majeure. Les «extrêmes» se ressemblent bien souvent dans leurs tactiques et j’ai vécu en France la «lepinisation» rampante des esprits, les discours xénophobes et les paroles de haine armant les bras de la violence, Le Pen arrivant au 2 ème tour de la présidentielle en 2002.
Le PPS, l’USFP, l’Istiqlal, le RNI et le MP ont raison aujourd’hui de dresser un rempart pour préserver nos acquis, protéger nos valeurs fondamentales et contrer l’extrémisme. Si les attentats terroristes existent, ils sont bel et bien soutendus par une idéologie, contraire à nos principes et véhiculée par un certain nombre de voix et de voies. Le droit à la différence, l’ouverture, les valeurs de la raison évoquées dans la déclaration commune de ces 5 partis, nous rassemblent tous : c’est pourquoi cette heureuse initiative a, me semble-t-il, valeur de symbole et a vocation à s’élargir et ouvrir de nouvelles perspectives.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *