Post-scriptum : Tolérance (s)

Post-scriptum : Tolérance (s)

1er décembre : Journée mondiale de lutte contre le sida, à travers le monde on marche pour alerter, pour sensibiliser, pour prémunir… seul pays du monde arabo-musulman où une telle Marche est possible, le Maroc !
C’est un légitime motif de fierté que dans notre pays une association telle l’ALCS (Association de lutte contre le sida) puisse organiser — et être autorisée— une Marche pour faire reculer le sida. C’est ce qui a eu lieu ce samedi à Casablanca, où plus d’un millier de marcheurs —dont une grande majorité de jeunes —  ont défilé pour, à nouveau, tirer la sonnette d’alarme ! Et il est indispensable de le faire car les chiffres parlent d’eux-mêmes, en effet si en 2006 à pareille date on évoquait 18.000 cas déclarés, on en serait cette année à 20.000 Rien ne servirait de se boucher les yeux et les oreilles : 2000 cas de plus, c’est 2000 victimes supplémentaires… Alors, contrairement aux irresponsables qui osent prétendre qu’une telle Marche constituerait une «incitation à la débauche», une telle action est, au contraire, un moyen d’informer et donc de sauver des vies !
En organisant —et en permettant d’organiser— cette manifestation, le Maroc fait preuve d’intelligence, de lucidité et aussi de courage… c’est aussi un formidable signal de tolérance. Et avouons que dans le climat actuel, ce signe est le bienvenu, car depuis quelque temps ce sont bien des signes d’intolérance, de rejet de l’autre, le tout savamment manipulé, auxquels nous sommes confrontés. Alors des malades atteints du sida, il y en a dans notre pays et il nous faut apprendre à notre société à ne pas les rejeter, ne pas les stigmatiser : ils sont des malades et ils ont droit à notre soutien, notre compassion, notre tolérance. Comme souvent chez nous, on craint ce que l’on ne connaît pas bien : informer, sensibiliser, éduquer, dialoguer ; le faire encore et toujours est un dévoir ; d’abord pour éviter  de toutes nos forces que le mal ne se répande, qu’il ne touche nos jeunes —proie facile— et pour que ceux qui en sont atteints sachent qu’ils ont leur place parmi nous.
C’est pourquoi, outre le remarquable travail de l’ALCS, je voudrais ici souligner le travail que vont entreprendre les jeunes des associations de quartiers de Rabat, Salé, Témara, (Jeunes citoyens-De l’autre côté du soleil-Ouled el hay, Biladi-Amal Chabab Takkadoum-Création et Volonté-Chabab Kasbah-Cœur vert…etc) qui du 3 au 7 décembre vont multiplier les initiatives pour sensibiliser, éduquer, prémunir les jeunes. Débat, opérations de sensibilisation dans les lycées, tournoi de foot inter-quartiers, graffitis sur les murs… et séances de dépistage gratuite… ils ont inventé toute une panoplie d’activités en direction de la jeunnesse. Et si de temps en temps, nous nous inspirons de notre jeunesse, est-ce que ce n’est pas notre société toute entière qui y gagnerait en tolérance ?
Tolérance… un si beau mot : conjugons-le donc au pluriel : tolérances !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *