Post-scriptum : une si belle évocation de l’Islam

Post-scriptum : une si belle évocation de l’Islam

D’ailleurs, la meilleure preuve de sa capacité à captiver l’auditoire à été l’attention que lui a portée l’assistance composée de Musulmans, de Juifs et de Chrétiens, une attention à la hauteur de la qualité des propos. De façon claire, posée, compréhensive Si Al Idrissi a su remettre les pendules à l’heure, de belle manière : il a ainsi insisté sur la nécessité pour les Musulmans de croire en tous les Prophètes des religions monothéistes , expliquant que les différences de croyances ne devaient aucunement empêcher les rapprochements et la solidarité active entre les peuples. De plus, énergiquement, il a écarté les voies du racisme et du fanatisme prônant – au contraire – avec beaucoup de ferveur la générosité, la tolérance et la fraternité. Si Abdelaziz Al Idrissi, de par sa seule apparence, inspire d’ailleurs ce qu’il plaide, modeste, calme , ne cherchant nullement à se mettre en avant, il prend la peine d’ écouter ce qu’on lui dit et d’y répondre de façon éclairée , faisant preuve dans ses propos de compréhension et d’ une grande ouverture d’esprit. Cet homme donne «envie d’aimer l’Islam» si je puis m’exprimer ainsi, tellement loin des clichés abondamment véhiculés de par le monde montrant des Musulmans abrupts dans leurs propos, péremptoires et ostentatoirement agressifs. Or, il est certain que nombre de responsables religieux doivent ressembler à Si Al Idrissi, ce sont ces hommes de qualité qu’il faut mettre en avant, au quotidien, au contact de la population, ce sont eux qu’il faut envoyer auprès de nos concitoyens de l’étranger, ce sont eux que notre jeunesse doit pouvoir rencontrer, écouter, questionner…ce sont eux qui doivent avoir droit de cité sur les écrans de télévision. Peut-être encore plus que dans d’autres domaines, la religion impose que ceux qui l’enseignent, ceux qui l’expliquent, ceux qui sont chargés d’en véhiculer l’image, d’en incarner les valeurs  soient des hommes de grande qualité et capables de «faire passer le message». Avouons malheureusement que dans bien des occasions nous entendons des propos ineptes ou avons affaire à des individus dont ni la prestance, ni l’expression ne sont engageants. Celui qui véhicule le message est d’une importance essentielle pour que le message parvienne, il est certain que cette mission a été remplie de belle manière lors de ce Ftour Pluriel puisque les invités, d’une langue autre que l’arabe, ont éprouvé le besoin de se faire traduire les propos tellement la conviction et la capacité à séduire les avaient conquis et intrigués. Bref, une bien belle image de l’Islam a été transmise ce soir là, j’en veux pour témoignage cette réflexion d’un chef d’entreprise français, visiblement convaincu, qui regrettait qu’une télévision de son pays ne diffuse pas les propos de Si Al Idrissi…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *