Réseaux du coeur…

Réseaux du coeur…

SM le Roi lançait le 8 novembre la campagne de solidarité 2012 à Marrakech ! «Unis pour les démunis» vient ainsi chaque année nous rappeler à notre devoir de solidarité envers les plus défavorisés. Cette valeur est en fait ancrée dans notre culture, dans nos traditions, elle est l’une des recommandations que nous enseigne notre religion… Or la vie actuelle, la dureté des temps, l’individualisme forcené nous poussent bien souvent à «enfouir» ce devoir de solidarité et à tourner la tête face à l’un(e) des nôtres en situation précaire.
Bien sûr, lors du Ramadan, lors de l’Aïd mais aussi au quotidien, nombre de Marocain(e)s font preuve de générosité, d’entraide et  des associations agissent en ce sens mais je voudrais ici vous faire part d’une superbe expérience vécue il y a quelques jours.
Tout a commencé sur Facebook lorsque quelques jeunes ont lancé les «Réseaux du cœur» afin de venir en aide aux personnes défavorisées et plus particulièrement les «sans-abris», l’idée a très vite séduit et le groupe virtuel est monté en quelques jours à 500 personnes, mais le vrai handicap d’un groupe qui se créé sur la Toile est de réussir à passer de «l’autre côté», du côté de la vraie vie, la majorité d’ailleurs n’y parvient pas… Ces jeunes, en décidant de passer à l’action aussitôt, ont réussi le pari : c’est ainsi que vendredi ils ont sillonné-toute la nuit- les rues et places de Casa afin de faire une distribution de soupe chaude à quelque 200 «SDF». Epaulés dans leur action par le Samu Social où agissent des personnes admirables de compétence et de dévouement !
Je ne raconterai pas ici ce que fut cette nuit, la «violence» du choc de se retrouver confrontés à cette dureté de la vie nocturne de ceux qui n’ont rien, le sentiment d’impuissance face au destin impitoyable de ces centaines de  nos  compatriotes… aucun des bénévoles de cette initiative des Réseaux du cœur n’en est sorti indemne… mon propos ici est plutôt de saluer cette montée en puissance de toute une jeunesse qui se mobilise et s’engage, pas une semaine ne se passe sans que des jeunes ne s’investissent dans une cause, une association, un groupe…délaissées les maisons de jeunes sclérosées, négligées les «Chabibas» des partis politiques, les jeunes se donnent des moyens propres à eux pour répondre à leurs choix, leurs besoins, leurs désirs d’investissement et puisque les structures existantes ne leur conviennent pas ils «s’inventent» les leurs. C’est un véritable tournant que nous vivons, un moment-clé dans le développement de notre société, un phénomène que je pense irréversible : la fabrication par toute une jeunesse de ses propres outils d’insertion, de ses propres canaux, de ses causes prioritaires où très peu d’adultes –hormis ceux présents sur le terrain- ont une place parce que ces mêmes adultes sont en train de «passer à côté» de ce mouvement de fond, ces adultes qui  ne voient rien venir et qui très vite vont se retrouver en dehors de ces nouvelles forces vives et ringardisés sur des combats d’arrière-garde…
Marwan, Leila, Saad, Adil, Mourad, Mustapha, Dounya, Nisrine, Taha, Badr… et les autres, Respect !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *