Silence radios !

Silence radios !

Hélas, non seulement ça ne s’est pas arrangé, mais j’ai l’impression que ça empire. Je veux parler de nos stations de radio pourtant théoriquement libres.

J’entends par là les nouvelles radios dites privées dont certaines d’entre elles nous font parfois regretter les radios publiques lesquelles, entre nous, n’ont rien à leur envier sauf, peut-être, les salaires supposés élevés de leur personnel. Plus sérieusement, je veux dire que j’attendais beaucoup, et je ne suis sûrement pas le seul, de ces nouveaux porte-voix dont la seule existence est un acquis gigantesque de la lutte pour la liberté d’expression en général et les libertés politique et artistique en particulier.

Plusieurs années après ce très beau cadeau, je me rends compte que le niveau général, je le précise, laisse énormément à désirer : des animateurs et animatrices au ras des pâquerettes, des discussions et des débats encore plus bas et des conversations téléphoniques à longueur de journée et de nuit à faire enrager les plus calmes des auditeurs et les plus cool des auditrices. Et dire qu’elles devaient normalement servir à contribuer à rehausser le niveau intellectuel et culturel du peuple. Tu parles !

A demain

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *