Un café à Essaouira

Un café à Essaouira

Voici 3 années maintenant que le Café Politis existe, 37 éditions de cette agora lancée par l’association Marocains Pluriels, qui a vu tant et tant d’intervenants, tant et tant de jeunes et de moins jeunes venir participer à cet espace de rencontre, de discussions, d’échange…

Ce Café Politis auquel peu de personnes croyaient à son commencement a tenu toutes ses promesses et s’est installé dans la durée : de nombreux jeunes – qui ont assisté au Café Politis depuis les premières éditions – parlent d’une «Génération Café Politis» car c’est là qu’ils ont appris à prendre la parole en public, à exprimer leurs opinions sans agressivité et en respectant celles des autres…

Le Café Politis en prenant ainsi sa place dans la jeunesse a contribué à donner le goût de l’engagement, le goût du débat et de la confrontation des idées pacifiques.

Aujourd’hui, une nouvelle génération de militants associatifs émerge, en termes d’âge certes, mais aussi en terme, de localisation territoriale. En effet à présent une pléiade de villes moyennes – voire petites – voient leur jeunesse s’émanciper et se prendre en main…

L’exemple en est ces jeunes d’Essaouira qui ont choisi à leur tour de s’engager en créant l’association Vent Nouveau: c’est ainsi que ce samedi était organisée la première édition du Café Souiri, et de fait ce fut une formidable réplique du Café Politis dans la ville d’Essaouira, à laquelle quelque 300 personnes dont 80% de jeunes sont venues participer. Et le terme de participation est vraiment approprié puisque la jeunesse avait une telle soif de parole que le débat qui s’est instauré de 19h30 à 22h aurait pu durer des heures encore.

Les jeunes de Vent Nouveau et l’association Essaouira Mogador ont réussi là un coup de maître… Le débat a été remarquable tant grâce aux invités : le philosophe Driss Jaydane, le président de l’association Essaouira Mogador Tariq Ottmani, la déléguée de la Jeunesse et des Sports, le jeune artiste Amine Cherradi, le directeur de l’Hôtel Le Médina Mohamed Akka , Youssef El Kaouni de l’ALCS et bien sûr le jeune président de Vent Nouveau Soufiane Badid, que grâce aux interventions du public, très nombreuses, très ciblées et pertinentes !

Il y a beaucoup à faire pour cette jeunesse à Essaouira et les jeunes Souiris ont choisi la meilleure voie possible : celle de se prendre en main, de retrousser leurs manches et de s’imposer comme interlocuteurs et acteurs de leur ville… André Azoulay n’ayant pu faire le déplacement, a suivi avec un ravissement non dissimulé cette réussite… Le temps n’est plus où l’on parlait à la place de la jeunesse, où l’on décidait de ce qui était bien ou non pour elle… où l’on cherchait à l’infantiliser, à l’utiliser…

celui qui n’a pas compris cela sera responsable devant cette jeunesse ! Ces jeunes sont patriotes, ils aiment leur ville, ils aiment leur pays, ils veulent avancer, motivons-les, soutenons-les !

Ces jeunes de Vent Nouveau qui ont créé leur association il y a 2 mois à peine, qui n’avaient aucune expérience associative jusqu’à ce jour en sont la preuve palpable !  SM le Roi appelle de ses vœux notre jeunesse à émerger, à s’assumer, à s’engager, soyons rassurés elle répond présent !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *