13ème concours international de musique du Maroc : Six jeunes pianistes allieront leurs doigts d’or à ceux de l’OPM

13ème concours international de musique du Maroc : Six jeunes pianistes allieront leurs doigts d’or à ceux de l’OPM

Jouer aux côtés de l’Orchestre Philharmonique du Maroc (OPM). Quel honneur ! Cette chance sera donnée à six jeunes pianistes de par le monde qui vont concourir, du 11 au 16 mars, devant un jury de professionnels à l’occasion de la 13ème édition du concours international de musique du Maroc, dédié au piano. Ces jeunes et talentueux pianistes se produiront dans notre pays suite à une sélection rigoureuse qui a lieu aux quatre coins du monde. Ainsi, Olga Stezhko, 26 ans (Biélorussie), Antonii Barychevskyi, 24 ans (Ukraine) et Hanbin Chyung, 22 ans (Corée)  concourront dans le cadre des épreuves de demi-finale qui se tiendront, lundi 11 mars, au cinéma Rialto à Casablanca. La compétition se poursuit, mardi 12 mars dans les mêmes locaux, avec Alexandr Kutuzov, Sean Chen, (Etats-Unis) et Alexander Sinchuk, 25 ans (Russie). Après deux jours de concours, trois candidats seront retenus, selon les initiateurs. Ceux-ci se disputeront la finale qui aura lieu, jeudi 14 mars, au théâtre national Mohammed V à Rabat. Toutes ces épreuves, rappelons-le, seront, selon les initiateurs, accompagnées par l’Orchestre Philharmonique du Maroc. Le tout sera couronné par un concert de gala des lauréats qui sera également marqué, samedi 16 mars au cinéma Rialto, par la performance de l’Orchestre Philharmonique.
Ce concours, organisé avec le soutien du Crédit du Maroc, se déroulera sous la direction artistique du pianiste, concertiste et pédagogue, Marian Rybicki. Quant au jury, il sera présidé par Jean Fassina, pianiste, éminent professeur et écrivain. Il est composé, entre autres, du Grec Sergio Aivesis, la Française Jacqueline Bourges, et du Marocain Ahmed Essyad. Pour les initiateurs, cet événement exceptionnel constitue un véritable tremplin pour ces pianistes, venus se produire dans notre pays en vue d’y être consacrés par un jury international et démarrer une carrière professionnelle. De plus, de jeunes virtuoses du monde entier ont, selon la même source, fait de cette compétition un «porte-bonheur» qui préfigure le début d’une carrière fulgurante. Dans ce sens, ils donnent l’exemple du lauréat de la 10ème édition, Denis Kozhukhin, qui a remporté deux mois plus tard le concours reine Elizabeth et est aujourd’hui devenu une star internationale que tous les pays s’arrachent.
Pour rappel, la 12ème édition a été remportée par Sara Daneshpour, une jeune Américaine d’origine iranienne.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *