14ème édition du Salon national d’art photographique : le Chili, invité d’honneur

14ème édition du Salon national d’art photographique : le Chili, invité d’honneur

«Quotidien (s)» c’est la thématique retenue pour la quatorzième édition du Salon national d’art photographique qui se poursuit jusqu’au 30 Avril 2010. «Une thématique qui permet aux photographes marocains de présenter des fragments de la vie de toujours de populations d’ici et d’ailleurs et qui offre aussi un point de convergence avec le journalisme», a souligné Jaâfar Akil président de l’Association marocaine d’art photographique (A.M.A.P) organisatrice de cet événement en collaboration avec le ministère de la Culture. Et ce sont 23 artistes-photographes marocains provenant de différentes villes du Royaume des plus grandes aux plus enclavées notamment Sidi Ifni ou Missour, mais également vivant à l’étranger (France, Angleterre, Hollande, Belgique…) qui exposent leurs travaux à la galerie Bab Kébir de Rabat. Selon Jaâfar Akil, «cette exposition consacrée au quotidien sera bel et bien une occasion pour le public de prendre conscience des modes et des formes d’expressions des photographes et de leurs engagements dans les changements, les progrès et les contradictions que notre monde actuel connaît». Et l’invité d’honneur de cette 14ème édition est le Chili. Ainsi dans ce cadre, est prévue à la Galerie Mohamed El Fassi une exposition collective de dix photographes chiliens et intitulée «Traces du quotidien». «On a voulu inviter des photographes de l’Amérique latine pour élargir les horizons de la photographie marocaine et s’ouvrir sur des sensibilités et des approches différentes de la photo européenne», explique M. Akil. Et d’ajouter: « En Chili, la photographie est par excellence un art engagé sur tous les fronts : social, écologique, politique et esthétique». Ce salon est aussi marqué par l’exposition : «Valparaiso dans les années 40 et 50» d’Antonio Quintana qui sera inaugurée aujourd’hui à l’Espace Expressions CDG. Antonio Quintana (1904-1972) est l’une des figures les plus importantes et emblématiques de la photographie du Chili au XXe siècle. Dans une esthétique proche de celle de photographes comme Jean Dieuzaide ou encore Robert Doisneau et Willy Ronis, c’est-à-dire dans la droite ligne de la photographie humaniste des années 1930 à 1960, les images de Quintana de la mythique Valparaiso sont empreintes de préoccupations sociales. Une déambulation dans Valpo (surnom de Valparaiso), au rythme du pas qui grimpe les cerros (collines qui caractérisent la géographie de la ville) à la rencontre de sa population dans son quotidien. Par ailleurs, outre faire connaître la photographie au Maroc, sensibiliser le public marocain et créer des passerelles entre les photographes marocains et étrangers, ce salon a aussi pour but d’interroger cet art dans ses dimensions esthétiques, techniques, déontologiques…. Et selon M. Akil, la question qui se pose aujourd’hui au Maroc est « Est-ce que cela vaut le coût de faire de la photographie au Maroc ? », sachant que pour organiser ce salon, les photographes de l’A.M.A.P ont été obligés de mettre la main à la pâte et cotiser. A long terme, le manque de soutient met en péril l’organisation régulière de ce salon. Aussi cela semble contraster avec les conditions des photographes chiliens qui sont pour leur part subventionnés par leur gouvernement notamment pour participer à cet événement , mais aussi habituellement pour leur différents projets (édition, expositions…).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *