17ème conférence de l’Académie de la Latinité : Au nom de l’humanisme

L’ouverture de cette rencontre a eu lieu jeudi à 18h, à l’Université Mohammed V, Faculté des lettres et des sciences humaines à Rabat, en présence de Federico Mayor, président de l’Académie de la Latinité, Mario Soares, vice-président de cette même institution, André Azoulay,  conseiller de S.M. le Roi Mohammed VI, Hasan Abu Nimah, directeur de l’Institut royal pour les études inter-religions, Abdulaziz Othman Altwaijri, directeur général de I’ISESCO et Candido Mendes, secrétaire général de I’Académie de la Latinité.
La conférence de Rabat part en quête d’un déblocage où la discussion du dialogue des civilisations désire vivement dépasser la convention de son choc ou de son mythe, au bénéfice d’une praxis de rencontres pour faire face au terrorisme international. Mais une question se pose: Est-il aujourd’hui possible de reprendre la quête d’une dialectique, devant le niveau atteint par les simulacres des représentations collectives d’un monde crispé par l’irrationnel de la confrontation?
Cinq séances intitulées respectivement «La différence et l’universel», «Interculturalisme et multiculturalisme», «Les universels et leurs idéologies», «Vers la dialectique du dialogue», «Post-modernité et subjectivité contemporaine» et «Volonté générale et pluralisme collectif», ponctuent cette rencontre à laquelle sont conviés des intellectuels de renommée internationale, entre autres, Régis Debray, Mohammed Arkoun, Ali Oumlil, Paulo G. Pinto, Candido Mandes, Mohammed El Ajji, Javier Sanjinès C, Enrique Rodriguez Larreta, Alian Tourraine, François L’yvonnet, Susan Buck-Morss, Craig Calhoun, Walter D.Mignolo, Abdessalem Cheddadi, Aziza Bennani, Gianni Vattimo, Daniel Innerarity, Mohammed Hassine Fantar, Michel Wieviorka, Bernard Bosredon et Jean-Michel Blanquer et Cesario Melantonio Neto. La journée du vendredi 18 avril est inscrite sous le thème «La différence et l’universel» et sera animée respectivement par Régis Debray «Le mythe de l’alliance des civilisations», Mohammed Arkoun «Faits, praxis et compréhension de la culture arabe», Ali Oumlil «Le Maghreb dans le monde de l’islam » et enfin Paulo G. Pinto «Les diasporas islamiques dans une perspective comparée: être musulman en Europe et en Amérique du Sud».
«Interculturalisme et multiculturalisme», rythme la séance de l’après-midi du vendredi 18 avril, laquelle démarre avec l’intervention de Candido Mendes autour du «Dialogue des civilisations et dialectique manquée», suivi de «Textes et prétextes identitaires: Le cas de la communauté musulmane de Bahia au XIXème siècle», animée par Mohammed El Hajji. La conférence «Contradiction nationale et conflit culturel» est confiée à Javier Sanjinés C, et c’est Enrique Rodriguez Larreta qui présentera la communication «Différence culturelle et expérience démocratique: un regard venant d’Amérique latine».
Les journées de samedi et dimanche seront réservées à la discussion des thèmes suivants: «Les universels et leurs idéologies», «Les conditions de la marche vers la modernité», par Main Touraine, «Droits humains et besoins de l’âme», explicité par François L’Yvonnet, «Mondialisation et hégémonie», exposé par Susan Buck-Morss, «Cosmopolitisme et mondialisation», communiqué par Craig Calhoun,
«Vers la dialectique du dialogue»,  colonialisme et classification sociale», animés par Walter D. Mignolo, «Les formes d’expression de l’universalisme dans la culture islamique à l’époque classique», présenté par Abdesselam Cheddadi et «L’lnterculturalité, chemin vers la paix», débattu par Aziza Bennani.
La 17 ème conférence de l’Académie de la Latinité se clôturera dimanche 20 avril, avec les thèmes: «Post-modernité et subjectivité contemporaine», «Dialectique, dialogue, domination», communiqué par Gianni Vattimo, «Une Europe mondialisée» par Daniel Innerarity, «Exclusion sociale et reconnaissance», par Mohammed Hassine Fantar, «Volonté générale et pluralisme collectif», «Penser les différences: sept propositions», par Michel Wieviorka, «Agora et minorités», par Bernard Bosredon, «Pluralisme et humanisation», par Jean-Michel Blanquer, et enfin «Dialogue entre Occident et Monde arabe: est-ce possible?» par Cesario Melantonio Neto. L’Académie de la Latinité née en 1999, compte à son actif 17 rencontres. Elle s’attaque aux visions réductrices de la confrontation culturelle qui mènent au doute quant au dialogue effectif et au maintien des ressorts de la mouvance possible, face audit choc des civilisations.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *