18 jours : La révolution égyptienne en 10 tranches de vie au cinéma

18 jours : La révolution égyptienne en 10 tranches de vie au cinéma

Le film «18 jours», qui est sorti en salles mercredi, invite à partager les émotions et les drames d’Egyptiens ordinaires soudain confrontés à des évènements extraordinaires lors de la révolte qui a fait chuter le président Hosni Moubarak le 11 février. Première fiction sur ce thème, il est composé de dix courts-métrages réalisés par dix Egyptiens intégrant les images des centaines de milliers de manifestants dans les rues et de la répression sanglante par la police du régime, diffusée par les télévisions arabes lors des 18 jours de révolte. Tour à tour, les personnages dévoilent comment ils ont vécu cette période qui a bouleversé leur existence. Une jeune vendeuse de thé à la sauvette craint les foudres d’Allah pour s’être teint les cheveux en blond jusqu’à ce qu’elle expérimente les coups de matraques des forces de l’ordre. Les patients d’un asile psychiatrique revivent à l’intérieur de leurs murs la révolution qui éclate dans la rue. Un internaute amoureux est dépité par les coupures des sites web, ordonnées par le régime pour tenter de casser la mobilisation. Deux combinards essaient de se faire de l’argent avec des drapeaux égyptiens montrant le portrait de Moubarak. Sans succès auprès des supporteurs du président, ils les recyclent aussitôt en rajoutant des slogans «A bas Moubarak». Un coiffeur devient un héros en ouvrant son échoppe aux blessés où il va seconder le médecin appelé d’urgence. Après un coma diabétique de 4 jours, un jeune tailleur naïf, indicateur de police, ne s’est pas rendu compte que la révolution était en marche.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *