40 ans après son éclipse de la scène plastique: Bachir Demnati renaît avec «L’Exposition (In) attendue à Marrakech»

40 ans après son éclipse de la scène plastique: Bachir Demnati renaît avec «L’Exposition (In) attendue à  Marrakech»

Après «Traversées», «Un parfum de liberté…», le comptoir des mines Galerie de Marrakech ouvre sa saison artistique avec «L’Exposition (In)attendue» de Bachir Demnati.

Organisée par la Compagnie marocaine des œuvres et objets d’art (CMOOA), cette exposition donne à découvrir des œuvres de cet artiste 40 ans après son accident de voiture qui lui a fait abandonner sa carrière artistique. «Elle dévoilera quelques rares œuvres réalisées durant les années 70, ainsi que d’autres conçues d’après des croquis et dessins préparatoires datant de cette époque, mais aussi des œuvres réalisées d’après ses maquettes conservées mais jamais exécutées depuis son accident», indique à ce sujet Hicham Daoudi, président d’Art Holding Morocco.

Et d’ajouter : «À la suite d’une série d’événements entre 2015 et 2016, nous avons pris connaissance du destin peu ordinaire de cet artiste et nous avons entamé une série de discussions pour le convaincre de présenter son travail de nouveau. Nous trouvions sa trace dans de nombreux catalogues d’expositions antérieures à 1978 et ensuite plus rien, comme s’il avait été effacé volontairement de l’histoire des arts plastiques marocains». Bachir Demnati s’active dès le début des années 70 aux côtés d’illustres artistes marocains dits « Ecole de Casablanca ». «Ses créations font preuve d’une rigueur déroutante dans les procédés utilisés, les graphismes, et sa quête du «geste parfait»», souligne M. Daoudi.

Il faut dire que Demanti a aussi à sa manière révolutionné la scène plastique marocaine avec l’utilisation de matériaux novateurs tels que plexiglas, bandes de polypropylène colorées et autres découpes cellulosiques dès les années 1969-1970. Membre fondateur de l’Amap (Association marocaine des arts plastiques) en 1972, cet artiste avait pris part à un ensemble de manifestations collectives tout au long des années 70, aux côtés d’illustres artistes marocains qui lui ont permis de gagner une reconnaissance certaine à cette époque.

À la suite de son accident, il décida de se consacrer pleinement à sa seconde activité d’architecture d’intérieur à Tanger où il participa à la réalisation de grands projets hôteliers. 40 ans après sa disparition de la scène plastique, Bachir Demnati renaît aujourd’hui avec cette exposition prévue du 20 octobre au 10 décembre 2018. L’abstraction géométrique ainsi que l’exploration de nouveaux matériaux font de son œuvre un symbole de la naissance de la modernité dans l’art pictural marocain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *