45ème session de l’Académie du Royaume : Lahjomri veut promouvoir la culture marocaine en Amérique latine

45ème session de l’Académie du Royaume : Lahjomri veut promouvoir la culture marocaine  en Amérique latine

«Quand nous avons fait une étude autour du nombre de doctorants qui s’intéressent à cette partie du continent américain, il s’est avéré que très peu de ceux-ci se sont investis dans la connaissance de l’Amérique latine».

La 45ème session de l’Académie du Royaume, prévue du 24 au 25 avril à Rabat et consacrée à l’Amérique latine, sera marquée par la signature d’une convention entre ce haut lieu du savoir et l’ambassade du Maroc au Chili. Cette particularité est précisée, mercredi soir à Rabat, par Abdeljalil Lahjomri, secrétaire perpétuel de l’Académie, lors de la présentation du programme de cette manifestation qui se tiendra sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI. «Notre ambition est d’ancrer une coopération avec notre ambassade au Chili pour promouvoir le centre culturel de Coquimbo dans ce pays», explicite-t-il.

Animation d’activités au Chili

La démarche de M. Lahjomri consiste, dans ce sens, à animer ce centre par des activités pour la promotion de la culture marocaine non seulement dans cette République mais aussi en Amérique du Sud. A propos du choix confiné à l’ambassade du Maroc au Chili, il nous explique que  «c’est un point de départ. Nous sommes en train de chercher des réseaux. Pour l’heure, notre choix s’est porté sur le Centre culturel Mohammed VI pour le dialogue des civilisations de Coquimbo qui doit jouer un rôle en Amérique latine». Il indique également que l’Académie a décidé, avec l’ambassade, d’organiser, dans les mois à venir une grande rencontre où d’autres pays de cette partie du continent américain seront invités.   

Octroi d’un prix à valeur financière et intellectuelle

Outre cette convention, l’Académie couronnera sa 45ème session par l’octroi d’un prix à l’un des penseurs les plus célèbres en guise de reconnaissance à ses efforts intellectuels. Interrogé également sur la personnalité qui va recevoir ce prix, le secrétaire perpétuel nous précise que «le comité en charge tient des réunions pour définir la personnalité qui va mériter ce prix». Le tout en rappelant l’importance de ce prix sur les plans financier et intellectuel.

Peu d’intérêt à l’Amérique latine

Cela étant, cette édition, qui érige l’Amérique latine en horizon de pensée, se veut, comme le rappelle le secrétaire perpétuel, de partir à la découverte de ces pays «que nous connaissons peu». «Quand nous avons fait une étude autour du nombre de doctorants qui s’intéressent à cette partie du continent américain, il s’est avéré que très peu de ceux-ci se sont investis dans la connaissance de l’Amérique latine», enchaîne M. Lahjomri. D’où l’intérêt de l’accord avec l’ambassade du Chili qui se veut également de promouvoir le Maroc dans ce pays. «Les pays de l’Amérique latine doivent, à leur tour, s’intéresser à nous», poursuit-il. Le secrétaire perpétuel estime, par l’occasion, que la participation de responsables à la 45ème session de l’Académie permet à ceux-ci de découvrir le Maroc et de «lever certaines ambiguïtés ou malentendus». Par l’occasion, M. Lahjomri rappelle que l’Académie qu’il chapeaute n’accomplit pas d’actes politiques.     

Apport de la fondation de l’Académie

Le secrétaire perpétuel précise également que cette session «ne se veut pas d’être un simple événement». C’est pourquoi l’Académie a, selon ses dires, créé la fondation pour les échanges culturels et éducatifs. Cette institution communique avec d’autres comme il le rappelle. C’est le cas de la formation procurée par l’Académie avec l’institut Mandela au profit d’élites africaines.

Une session avec 40 participants de 7 pays

Outre des intervenants marocains, la 45ème session de l’Académie du Royaume rassemblera 40 participants issus de 7 pays de l’Amérique du Sud. L’objectif étant, selon M. Lahjomri, d’arriver à investir intellectuellement l’Amérique latine. «Si nous réussissons cette session, nous pourrons ambitionner d’aller vers l’Extrême Orient afin de connaître les raisons du succès économique et culturel de ces pays», aspire-t-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *