À la découverte des origines

À la découverte des origines

Il est l’un des artistes-peintres qui ont marqué l’histoire de la peinture marocaine. Aujourd’hui, son nom figure aux côtés des plus grands. Il s’agit bien sûr de Feu Mohamed Kacimi. Un hommage lui sera rendu par la compagnie CMOOA à travers une grande exposition intitulée «Mohamed Kacimi, L’Africain», et ce du 16 septembre au 4 octobre 2014 à l’hôtel de ventes de la CMOOA, à Casablanca. L’exposition donne à voir des travaux de l’artiste peu connus sur l’Afrique. «Cette exposition a pour but de montrer  des œuvres réalisées au Mali et d’autres au Sénégal, le cheminement de l’artiste durant cette période ainsi que son évolution vers l’univers de la photographie», explique-t-on. Ainsi, l’exposition révélera des œuvres photographiques et des peintures allant du début des années 1990 jusqu’au soir de son décès, accompagnées de textes et de récits poignants qui ont révélé l’africanité de ce grand artiste ainsi que la qualité de ses recherches plastiques toujours à contre-courant de la scène locale à cette époque. «Mohamed Kacimi, L’Africain»  mettra aussi à l’honneur l’une de ses œuvres inédites qui fut jadis exposée à Rabat lors de sa grande rétrospective de 2002 au sein de l’Espace Al Fassi dans les mêmes conditions qu’avait souhaitées l’artiste à l’époque.

Il faut dire que cette exposition organisée en hommage à Mohamed Kacimi nous invite à un voyage dans le monde de cet artiste. Il nous offre la chance de découvrir ses rares travaux sur l’Afrique. Il faut noter que Mohamed Kacimi était fortement influencé par l’école de la figuration. Ses dernières œuvres, dans lesquelles il explore plusieurs thématiques très fortes, des Atlassides, à Shéhérazade ou à la mémoire de Noor, en passant par la représentation de l’Afrique, avec ses conteurs et ses dessins de voyage. Mohamed Kacimi était peintre mais également poète et écrivain. «L’été blanc», «Les vents ocres» et «Le creux du corps» sont parmi les multiples recueils que l’artiste a publiés entre 1990 et 1999. De cette personnalité aux multiples facettes, il faut aussi retenir le fervent défenseur des droits de l’Homme qu’était cet homme. Toute sa vie, il s’efforcera de mettre en dialogue l’art et la société et de favoriser ainsi l’accès à l’art aux personnes se trouvant, de par leur position sociale, dans une difficulté d’accès aux biens et aux services culturels. Kacimi est devenu l’une des références essentielles de l’art de notre temps.  
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *