A la une : Le 5ème FIFM dédié à l’amitié Maroco-Espagnole

Beau couronnement pour l’événement « 2005, Année de l’Espagne au Maroc ». Au nom de l’amitié maroco-espagnole, la 5ème édition du Festival international du film de Marrakech, prévue du 11 au 19 novembre 2005, sera dédiée au cinéma du pays de Cervantes. Vecteur par excellence du rapprochement entre les peuples, le cinéma est mis à profit de l’embellie que connaissent les relations entre le Maroc et son voisin.
Ce geste intervient à quelques mois du lancement d’un autre événement en préparation : « 2006, Année du Maroc en Espagne ». Le FIFM, rendez-vous incontournable du cinéma mondial, veut ainsi inscrire son action dans cette belle dynamique culturelle qui s’installe entre les deux Royaumes.
Pour traduire ce geste significatif, et en vue de mieux faire connaître le cinéma espagnol au Maroc, le FIFM prévoit de projeter une quarantaine de films de différents réalisateurs, depuis les années 30 jusqu’à aujourd’hui. Avec « Bienvenue M. Marchal » de M. Berlango, les cinéphiles seront invités à redécouvrir le cinéma espagnol des années cinquante. Avec « Mar Adentro » (Mère intérieure) réalisé par Alejandro Amenabar en 2004, ils pourront découvrir la cinématographie espagnole récente.
Dédié au cinéma du pays voisin, le 5ème FIFM mettra également à l’honneur deux figures emblématiques du cinéma mondial : l’Iranien Abbas Kiarostami (Palme d’Or à Cannes 1996 pour « Le Goût de la cerise », Grand Prix spécial du jury à Venise 1999 pour « Le Vent nous emportera »…), et l’Américain Martin Scorsese réalisateur, entre autres films, du célèbre « Taxi-Driver» (1976). Pour Abbas Kiarostami, une intégrale de son œuvre sera présentée au public; en ce qui concerne Martin Scorsese, le choix est tombé sur quelques-uns de ses films les plus connus dont « Casino » et «L’Aviateur». En reconnaissance pour le geste que le FIFM témoigne à son égard, Martin Scorsese a proposé aux organisateurs de projeter une dizaine de films ayant été tournés au Maroc, dont deux chefs-d’œuvre « Kundun » et « Laurence d’Arabie » réalisés respectivement par Scorsese et David Lean.
Autre grand nom du cinéma international attendu, Jean-Jacques Annaud. Ce réalisateur français aura le privilège de présider le jury de cette 5ème édition. Tâche certes difficile, mais eu égard à la longue expérience que J.J. Annaud a acquise en tant que producteur, réalisateur et scénariste, il ne manquera sans doute pas de l’accomplir avec succès. Né en 1943 à Juvisy-Sur-Orge en France, il réalise à l’âge de 19 ans son premier court-métrage « Les Sept péchés capitaux du cinéaste ».
En 1977, il réalise son premier long-métrage « Noirs et blancs en couleurs », couronné de l’Oscar du meilleur film étranger. S’agissant d’accueil, la Cité des Lumières se prépare à recevoir ses invités dans un Palais des Congrès embelli pour la circonstance. Les organisateurs du Festival ont confié cette année la mise en scène des soirées au Palais des Congrès à une équipe de professionnels encadrée par un scénographe de renommée internationale, en l’occurrence Bruno Graziani, metteur en scène des « Molières ». A l’occasion, la Fondation du FIFM a mis à sa disposition un local servant d’atelier pour la construction du décor lui permettant de superviser le déroulement des travaux dans de bonnes conditions.
Au-delà du strass et autres paillettes, un grand moment de cinéma est au rendez-vous…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *