À l’ombre de la Mostra de Venise

À l’ombre de la Mostra de Venise

Le festival de Marrakech n’échappera pas à l’onde de choc des attentats du 16 mai. La liste des douze longs-métrages en compétition officielle confirme la volonté des organisateurs de ne pas ignorer les événements sociaux et politiques qui agitent le monde. Ils placent ce festival au-delà du « divertissement ». Ils l’inscrivent dans le «prolongement de la tradition millénaire d’ouverture et de tolérance du Maroc ». Il est noble de la part d’un festival de s’inscrire en faux contre le divertissement et les paillettes, en privilégiant les cinéastes qui font face à la réalité. Cette posture a été également adoptée par le président du festival de Venise qui a expliqué, lors de la cérémonie de clôture qui s’est déroulée samedi dernier, sa satisfaction de voir récompensés des réalisateurs qui ne font pas la sourde oreille aux cris déchirant notre monde. Il est au demeurant curieux de constater qu’un nombre de films programmés à Marrakech ont déjà été projetés lors de la 60ème édition de la Mostra de Venise. Le film « Abar Arannye », de Goutam Ghose (Inde), était en compétition pour le Prix Saint-Marc dans la section Contre-Courant, de même que « Le soleil assassiné», de Abdelkrim Bahloul (Algérie) et « Abjad » de l’Iranien Abolfazl Jalili. Ce dernier avait fait la “Une” des journaux, parce qu’il n’a pas obtenu l’autorisation de sortir d’Iran pour venir présenter son film à Venise. La liste des films qui ont étrenné Venise avant de venir à Marrakech se poursuit avec « Raja » de Jacques Doillon. Ce film a été récompensé grâce à la Marocaine Najat Dessalem qui a obtenu le prix Marcello Mastroianni de la meilleure jeune actrice. Autre film primé à Venise et qui sera présent à Marrakech, « Zatoichi » du grand réalisateur japonais Takeshi Kitano. Ce long-métrage a été récompensé par le Lion d’argent du meilleur réalisateur et le prix du public. La liste des films vénitiens ne s’arrête pas là, puisque « Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran » du Français François Dupeyron a fait l’objet d’une projection hors-compétition lors de la remise à l’acteur égyptien Omar Sharif du premier des Lion d’ors de la Mostra de Venise. Six des douze films en compétition dans le festival de Marrakech ont donc transité par Venise. En ce qui concerne l’autre demi-douzaine, elle se compose de « Au feu! » (Gori Votra) du Bosniaque Pjer Zalica. Ce film a reçu deux Léopards d’argent lors de la 56ème édition du festival international de Locarno. La grande réalisatrice indienne Mira Nair, auteur de « Salaam Bombay ! » et « Kama Sutra : a tale of love », sera également présente avec « Hysterical Blindness ». Un trio de rêve joue dans ce film : Gena Rowlands, Uma Thurman et Juliette Lewis. Le vent de l’Est, qui a séduit plusieurs manifestations cinématographiques dans le monde, soufflera également sur Marrakech. «Baboussia » de la Russe Lidia Bobrova, très remarqué lors des rencontres internationales de cinéma à Paris 2003, sera à cet égard projeté. Le cinéma américain n’est pas en reste. « The station agent », de l’Américain Tom Mc Carthy, est également attendu. Quant à « Suite Habana », les propos de son réalisateur cubain Fernando Perez sont une constante invitation à l’amour de la vie. Et enfin, le public pourra apprécier à sa juste valeur « Les yeux secs » de la Marocaine Narjiss Nejjar. Ce film a déjà reçu un prix lors du festival national du film à Oujda. Mais il a été projeté dans des conditions tellement lamentables qu’il n’a pas été possible de le regarder.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *