Abderrahmane Ouardane : L art Afrique, Moyen-Orient s invite à Casablanca

Abderrahmane Ouardane : L art Afrique, Moyen-Orient s invite à Casablanca

ALM: Votre association organise à Casablanca les «Rencontres d’art Afrique, Moyen-Orient», du 10 au 12 avril à l’ex-cathédrale du Sacré-Cœur. Quelle est la particularité de cet événement ?
Abderrahmane Ouardane: La particularité de ce premier événement réside dans la volonté de notre Association Arkane et de la Résidence Ifitry de contribuer à connecter la scène plastique marocaine aux circuits internationaux. C’est pourquoi notre vision s’étale sur le long terme et réserve donc à chaque édition la présentation d’artistes appartenant à un continent ou à un espace géographique différent. Si la première rencontre est consacrée à l’Afrique et au Moyen-Orient, les autres qui suivent viseront la Méditerranée, puis l’Amérique, puis l’Asie, etc. «Rencontres d’art» est donc un carrefour permanent d’artistes du monde. L’essentiel pour nous est de promouvoir le Maroc à travers son art. Je peux dire que cet événement culturel rend hommage à l’art et à son pouvoir de créer une symbiose entre les hommes de toutes les tendances et origines.

Quelle est la thématique choisie pour cette édition ?
En concertation avec la Résidence d’artistes Ifitry, nous avons convenu de retenir pour cette rencontre le thème «Afrique et Moyen-Orient : quelles convergences culturelles?». Nous sommes partis du constat que l’Afrique et le Moyen-Orient  sont des espaces très regardés et très prisés par les plus grandes institutions culturelles et artistiques du monde. Dans les grandes places mondiales de l’art contemporain, les arts plastiques d’Afrique et du Moyen-Orient occupent un rang privilégié. La création est très riche parce qu’elle se nourrit d’un patrimoine séculaire mais s’ouvre en même temps à des courants modernes et progressistes. De plus, il existe entre l’Afrique et le Moyen-Orient des liens séculaires communs qui favorisent et révèlent une harmonie insoupçonnée. C’est que les destinées et les auditions de ces deux espaces géographiques se croisent en secret et génèrent des connexions et des convergences culturelles extraordinairement fécondes, riches et particulières. C’est pourquoi il nous semble enrichissant de s’interroger sur l’existence et le devenir de ces convergences culturelles. Nous ambitionnons à travers les regards et réflexions croisés de rassembler les énergies dispersées dans un même espace d’accueil et de contribuer à l’animation d’un échange équilibré et constructif.

Selon vous, pourquoi le choix est-il tombé sur des artistes d’Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient ?
Vous savez que le Maroc occupe une position géopolitique très stratégique. C’est un carrefour où toutes les grandes voies d’Afrique, d’Occident et d’Orient se rencontrent. La richesse de notre patrimoine trouve son origine dans ce croisement intense et continu des différentes civilisations. Par conséquent, le Maroc est tout indiqué pour jouer un rôle essentiel dans le rapprochement des cultures d’Afrique et du Moyen-Orient en particulier. Et Dieu sait combien nous avons besoin de connaître, d’analyser et de promouvoir toutes les connexions qui existent entre les regards et les créations culturelles et artistiques de ces deux continents.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *