«Abysses», à la découverte des fonds des océans

«Abysses», à la découverte des fonds des océans

Jeudi 3 février vers 16 heures, des affiches publicitaires étalées tout au long du boulevard Sour Jdid annoncent l’ouverture de l’ exposition intitulée «Abysses». Ces affiches guident le visiteur vers le chemin, et suscitent leur curiosité par leurs images représentant toutes espèces maritimes étranges. C’est à l’ancien aquarium de Casablanca, juste en face de la mosquée Hassan II. Les curieux sont déjà là venus  découvrir l’exposition. «Je suis venu pour faire ma prière à la mosquée Hassan II, j’ai remarqué les affiches dans la rue et je me suis dit pourquoi ne pas voir l’exposition, puisque le prix de l’entrée ne dépasse pas 10 dirhams», a souligné Youness, l’un des visiteurs rencontrés à l’entrée de l’ancien aquarium. Le parcours de l’exposition commence par un sas, sorte de passage qui vous permet de pénétrer dans l’univers des profondeurs. Le visiteur entre ensuite dans une vaste salle obscure où on peut voir les photographies de créatures inconnues ou d’espèces étranges présentées comme des œuvres d’art. Une présentation qui montre  l’exposition et dresse le parcours de chercheurs et scientifiques qui ont marqué l’histoire par leurs découvertes de nombreuses espèces, comme William Beebe, Otis Barton, Auguste Piccarid, Archiméde et autres. Aux côtés de ces pionniers qui ont pénétré dans les profondeurs des océans, la présentation montre notamment les outils utilisés par ces chercheurs pour découvrir leurs bestioles. Le nautile qui fait partie des rares submersibles, les robots câblés opérés du navire de support ainsi le RDV Kaiko qui pouvait descendre à plus de 10.000 mètres de profondeur. D’un autre côté, des illustrations et des images photographiques montrent des animaux étranges et rares et d’autres spécimens aussi bien conservé. Le visiteur peut lire le nom de chaque animal inscrit à côté de sa photo, le pulpe à ventouses lumineuses, merveilleuse ballerine rose à grandes nageoires en forme d’oreilles, ou le diable noir Melancetus Johensonin, poisson qui attire ses proies à l’aide d’un appendice lumineux. «Ces animaux collectés  de cette exposition ont été pêchés récemment à des fins d’études scientifiques par les échantillonneurs des submersibles», a expliqué Michel Segonaz, chercheur en zoologie. Et d’ajouter : «Les spécimens ont été conservés avec des méthodes innovantes leur permettant de garder leur aspect naturel. Ainsi l’équipe de l’exposition Abysses, aidée par les taxidermistes du Muséum national d’histoire naturelle, travaille sur la mise au point d’une technique pour encapsuler certaines de ces créatures dans de la résine et les montrer ainsi au plus proche de leur aspect réel». Le visiteur découvre donc des animaux en exclusivité mondiale, il se retrouve ébahi devant les formes et les couleurs de ces espèces inconnues. «J’ai été émerveillée par cette exposition présentée pour la première fois au Maroc. Je n’ai pas imaginé que les fonds des océans contiennent cette grande diversité d’espèces incroyables», a indiqué Hayate, étudiante à Casablanca. Par ailleurs, dans un autre coin isolé, une sorte de salle obscure ressemblant à celle du 7ème art, le visiteur peut assister à la projection d’un film qui offre la chance de prendre contact avec la réalité des abysses. Ce film qui illustre leur vie, montre des abysses avec ses formes insensées, couleurs étonnantes et images incroyables d’un univers qui commence seulement à dévoiler ses splendeurs. Après cette visite qui crée chez le visiteur une sorte de vigilance ou de réveil à la fois émotionnel, scientifique et intellectuel, l’exposition à des visées environnementales, celles de préserver les abysses et protéger les profondeurs des océans.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *