«Ad-Dar Lakbira» prochainement dans les salles nationales

«Ad-Dar Lakbira» prochainement dans les salles nationales

Le nouveau long métrage «Ad-Dar Lakbira» où «La grande villa» du réalisateur Latif Lahlou sera dans les salles de cinéma à partir de 24 mars. Ce long métrage traite deux thèmes majeurs. Il est question, d’une part du voyage vers une autre culture et la cohabitation de deux cultures, d’autre part, il met l’accent sur le management scientifique dans un pays émergent. «Ce projet de film se veut un «regard constat» sur certains aspects culturels et sociaux d’un pays du Sud de la Méditerranée dans ses rapports avec l’Europe», indique Latif Lahlou dans une note de présentation du film. Ad-Dar Lakbira» raconte l’histoire de jeune couple Rachid et Laurence et leur fils Sami âgé de 7 ans. Ils ont décidé depuis longtemps de partir s’installer au Maroc dès lors que Laurence aura réussi son agrégation en médecine. En effet, le personnage de «Rachid», incarné par le jeune acteur Hicham Nazzal est l’un des personnages principaux de ce film. Il représente une nouvelle génération de chercheurs ou tout simplement de cadres formés en Europe, pétrie de culture occidentale, enrichie au contact de ses savants et de ses chercheurs mais qui n’aspire qu’à canaliser son savoir-faire et son énergie pour contribuer à construire un Maroc nouveau. Ce retour au pays met peu à peu le couple en danger en ravivant quelques idées préconçues sur les différences du mode de vie. Une fois au Maroc, Laurence découvre que le couple va s’installer temporairement dans la grande villa des parents de Rachid. Malgré quelques tensions initiales, Laurence essaie de s’intégrer tant bien que mal à sa belle famille, jusqu’au jour où Rachid, entré dans la vie active, se trouve malgré lui, l’objet d’intrigues qui bloquent l’avancement de ses recherches scientifiques. «Notre couple mixte est également confronté à des situations explosives dans le cadre de l’activité professionnelle. Malgré toutes les tentatives pour les discréditer, nos personnages résistent, restent intègres et décident de poursuivre un combat peut-être inégal. Le phénomène du mariage mixte, et par extension, de l’intégration, n’a pas joui, à notre connaissance, de l’intérêt que cette thématique devrait susciter auprès des auteurs marocain», explique le réalisateur. En proposant ce projet, le réalisateur souhaite attirer l’attention de nos compatriotes qui ne cessent de considérer d’une part l’émigrant juste comme une source de devises, d’autre part le couple mixte vivant au Maroc comme une manifestation du néocolonialisme ou un paria de la culture nationale. «De plus en plus de Marocains occupent des postes dans des secteurs aussi diversifiés que prestigieux. Nous les retrouvons dans les technologies de pointe, dans les finances, les médias, la politique, la recherche scientifique, etc. ..tant au Maroc que dans des pays d’accueil. Dans la majorité, ils restent très attachés au pays d’origine, à sa culture et même à certains traits civilisationnels», ajoute Latif Lahlo.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *