Agadir : Le théâtre universitaire du Maroc et d’Afrique en fête

Agadir : Le théâtre universitaire  du Maroc et d’Afrique en fête

Un hommage a été rendu à Ahmed Badry et Hassan Badida

Pendant quatre jours, les amateurs de l’art et du théâtre avaient rendez-vous avec la 23ème édition du Festival international du théâtre universitaire d’Agadir (FITUA), qui a pris fin samedi.

Afin de mettre en valeur les liens historiques et séculaires entre le Royaume du Maroc et l’Afrique, la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Ibn Zohr d’Agadir dédie la 23ème édition du Festival international du théâtre universitaire d’Agadir à l’Afrique.

L’évènement qui s’est déroulé du 28 au 31 mars a eu pour thème cette année «Les arts du spectacle dans le monde africain». Par cette manifestation artistique et culturelle, le FITUA se fixe comme objectif de présenter l’Afrique sous ses couleurs réelles de diversité, de richesse et de dynamisme. Il s’est déplacé vers de nouveaux espaces (salle Brahim Erradi, salle Khaïr Eddine, place de la municipalité) pour une circulation accrue des spectacles et des publics.

Plusieurs pays étaient présents dans cet espace de débat et de réflexion en présence des troupes qui représentent la Tunisie, le Koweït, l’Algérie, le Panama, la France, l’Espagne, l’Italie et le Maroc (avec 3 spectacles).

Le programme de cette édition comprenait 10 spectacles en compétition, 5 en off, un spectacle de danse, des spectacles de rue, des artistes débutants et professionnels, nationaux et internationaux de plusieurs pays, des chercheurs, des dramaturges, des metteurs en scène, des critiques de théâtre avec le désir partagé de créer un espace de liberté pour le public et les artistes.

Soucieux de la transmission de la culture théâtrale aux jeunes générations, le FITUA a organisé au complexe Khaïr Eddine des ateliers de théâtre, des rencontres avec les artistes et favorise la découverte d’autres cultures.

Par l’occasion un hommage a été rendu à deux hommes de théâtre, en l’occurrence Ahmed Badry, directeur fondateur de l’Institut supérieur d’arts dramatiques et d’animation culturelle, membre fondateur de l’Institut international du théâtre méditerranéen et ex-directeur de l’action culturelle et de l’enseignement artistique au ministère de la culture, et à Hassan Badida qui s’est illustré en jouant le rôle d’un détenu politique dans le long-métrage «C’est eux les chiens» de Hicham Lasri, il a reçu le prix du meilleur acteur au Festival de Dubaï pour ce rôle.

Des spécialistes du théâtre venus de nombreux pays étaient présents dans cet espace de débat et de réflexion : Côte d’Ivoire, Bénin, Sénégal, Cameroun, Nigeria, Tunisie, Algérie, Soudan, Maroc, Canada, États-Unis, France, Allemagne, Irak.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *