«Ain Sebaâ K-Ybd3» participe au désenclavement d’un quartier périphérique

«Ain Sebaâ K-Ybd3» participe au désenclavement d’un quartier périphérique

Au menu visites guidées, expositions, créations contemporaines, musique…

L’événement urbain multidisciplinaire «Ain Sebaâ K-Ybd3» est de retour à l’espace Uzine Casablanca pour une deuxième édition plus prometteuse. Prévue du 25 novembre au 17 décembre 2017, cette manifestation offrira aux Casablancais une programmation riche et diversifiée alliant visites guidées, expositions, créations contemporaines, break dance et musique. «ASKYBD3 a pour ambition de participer au désenclavement d’un quartier périphérique de la ville de Casablanca, offrir à la ville et au quartier un événement culturel urbain multidisciplinaire et permettre aux artistes émergents et confirmés de montrer leur travail à un large public», expliquent à ce sujet Maria Daif, directrice générale de la fondation Abdelaziz Tazi.

De ce fait, le public sera invité à découvrir l’exposition «Une vie au zoo». C’est une histoire d’archives arrachées au passé et celle d’un regard, celui de Zakaria Latouri, photographe et graphiste. Au programme également «Aïn Sebâa, portraits et histoires». Cette exposition voulue par l’Uzine, proposée à la réflexion et à la réalisation au jeune artiste photographe Hamza Nuino, tente de raconter un bout de l’histoire du quartier de Aïn Sebâa à travers ses habitants. «C’est une série de portraits d’hommes et de femmes qui, par le moyen d’un objet qu’ils choisissent et nous montrent, témoigne d’un aspect de leur vécu dans cette périphérie secouée par les changements», indiquent les organisateurs. «Ain Sebaâ K-Ybd3» propose «Folkah».

Il s’agit d’une création chorégraphique qui réunit deux interprètes féminines, à savoir Meryem El Jazouli et Malika Zarra. «Autour de ce projet, se décline un langage corporel et vocal qui revisite contexte, propos et gestuelle de la Guedra, pour inventer un nouveau cadre de dialogue entre le corps et la voix, à partir des éléments structurels de cette danse chargée d’histoires et de sens – attitudes, signes, codes, lumière, temporalité». Outre la danse contemporaine, le public pourra découvrir le quartier d’Aïn Sebâa à travers une visite du quartier et de ses sites architecturaux les plus symboliques. C’est à l’architecte Karim Rouissi, passionné de Casablanca et de son histoire architecturale, qu’incombera cette mission, comme celle de partager avec le public l’histoire et le devenir de cette partie de la ville lors d’une rencontre-débat.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *