«Al-Jazeera» a commis une «faute professionnelle»

Le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a pris note du retard pris par la chaîne de télévision qatarie «Al-Jazeera» pour fournir les éclaircissements nécessaires sur les derniers évènements de la ville de Sidi Ifni, soulignant que le recours à des sources non-vérifiées est une « faute professionnelle». Dans un communiqué, dont copie a été transmise mercredi à la MAP, le SNPM a appelé «Al-Jazeera», ainsi que tous les médias à s’assurer de la véracité des données et des informations qu’ils diffusent. Dans ce communiqué, publié à l’issue d’une réunion du bureau exécutif du syndicat consacrée aux « développements regrettables » qu’a connus l’affaire du bureau de la chaîne à Rabat, le SNPM a également appelé à maintenir le dialogue entre les pouvoirs publics, les professionnels et la chaîne « Al-Jazeera » sur les volets qui constituent les fondements de la profession et sa déontologie, sans le recours au retrait de l’accréditation et aux poursuites judiciaires. Le syndicat a, dans ce sens, demandé la restitution de la carte d’accréditation au journaliste Hassan Rachidi (directeur du bureau d’Al-Jazeera à Rabat) et à la suspension de la poursuite judiciaire engagée à son encontre. L’accréditation de Hassan Rachidi a été retirée après que ce dernier ait diffusé une fausse information prétendant la mort de six à dix personnes dans les incidents qu’à connus la ville de Sidi Ifni. Il est également poursuivi en justice pour «diffusion d’une fausse information et complicité», conformément à l’article 42 du Code de la presse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *