Ali Fennane : «La jeunesse et la solidarité font la force de la pétanque marocaine»

Ali Fennane : «La jeunesse et la solidarité font la force
de la pétanque marocaine»

ALM : Les phases éliminatoires du championnat du Maroc et le championnat du monde sonnent à la porte. Quels sont les dispositifs pris par la FRMP pour ces deux manifestations?
Ali Fennane : En effet, Casablanca abritera le 22 juin les éliminatoires du championnat du Maroc et les phases finales auront lieu à Marrakech les 5 et 6 juillet. Dans le cadre de leurs préparations pour le championnat du monde, les différentes Ligues nationales ont terminé leurs concentrations et ont choisi leurs représentants. A ce niveau, il est à signaler que chaque Ligue a élu trois joueurs, sauf celle de Rabat qui en a élu cinq. Au total, on a un effectif de 20 joueurs Seniors et 18 Dames. Parmi ces 36 participants, la FRMP choisira 8 Seniors et 8 Dames. Ces 16 joueurs seront convoqués à une concentration à l’échelle fédérale pour préparer les championnats du monde prévus à Dakar entre les 12 et 16 novembre de cette année.             

Trois fois champion du monde en triplette et sept fois finaliste, le dernier sacre du Maroc remonte aux années quatre-vingt dix. Comment expliquez-vous cette absence au niveau mondial?
C’est vrai qu’il y avait un stand-by. Entre la médaille d’or aux championnats du monde en 1990 à Monaco, et celle d’argent en 2002 à Grenoble, la pétanque marocaine a connu une certaine stagnation. Et plusieurs facteurs sont intervenus pour affecter l’évolution de ce sport. D’abord, il faut savoir que la réalisation des résultats reste liée au financement. Auparavant, des sociétés contribuaient aux financements de clubs. Mais, dernièrement ce genre d’appui connaît une régression. Ce passage à vide est également un passage de transition. La pétanque marocaine était en effet entre l’enclume et le marteau. La première concerne un groupe qui défendait la vulgarisation de ce sport, la seconde voulait en faire un sport d’élite. Heureusement, que l’assemblée générale, daté du 14 juillet 2007 a mis fin à cette divergence de points de vue. Tous les clubs ont donné leurs verdicts ont voulu que la pétanque soit pratiquée dans tout le Royaume sans aucune discrimination. Et aujourd’hui, la pétanque connaît une vivacité, une symbiose et une solidarité entre les différents intervenants (dirigeants, fans ou  joueurs) pour le bien de ce sport.

Côté stratégie, y a-t-il des conventions de partenariats dans l’agenda de la FRMP ? Et que pensez-vous de l’avenir de la pétanque au Maroc ?
Il faut être réaliste. Pour que l’on puisse attirer des partenaires ou même des sponsors, Nous devons réaliser de bons résultats, surtout au niveau international. Pour atteindre cet objectif, notre stratégie se focalise sur l’encouragement de la pratique de ce sport sur tout le Royaume, et sur la restructuration de la fédération et des ligues que ça soit aux niveaux juridiques, administratifs ou techniques. Quant à l’avenir de la Pétanque au Maroc, je ne peux être qu’optimiste à ce sujet. Ce sont surout les jeunes qui s’intéressent de plus en plus à la pratique de la pétanque. Nous avons des cadres sportifs, de joueurs d’un niveau universitaire et des professeurs. Ce sont eux qui vont assurer la relève. Nous faisons le maximum au niveau des infrastructures et de la restructuration, pour que cette nouvelle génération continue sur notre lancé, et participe à son tour au rayonnement de la pétanque dans notre pays. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *